Le Royaume d'Ekiard

Forum rpg fantastique.
Incarnez la créature de votre choix et venez lui faire vivre de fabuleuses aventures !

Partagez | .
 

 Partie de chasse à cour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ralph
Anti-mages
avatar

Masculin

MessageSujet: Partie de chasse à cour   Sam 20 Aoû - 23:32

Ralph s'était levé de bonne humeur ce matin là. La partie de chasse avait été programmée depuis un certain temps déjà et elle devait commencer en milieu de matinée. Il avait dépêché un messager aux écuries royales pour faire préparer son cheval. Il n'avait plus qu'à se laver (après la longue séance de sport de chambre faite la veille au soir avec son épouse), s'habiller et prendre un petit-déjeuner et il serait fin prêt pour galoper dans la forêt, à la recherche d'un bon gibier qu'il pourrait manger le jour même avec ses compagnons de chasse.
Le Roi attendit que ses servantes lui apportent suffisamment d'eau chaude pour se glisser avec bonheur dans son bain. Il sentait ses muscles se délasser un à un et soupira d'aise, s'abandonnant à cette bienheureuse sensation de flottement. Il prit le savon et le fit glisser sur son corps bien dessiné, savourant le contact du propre, sentant la transpiration de la nuit s'évaporer. Après une dizaine de minute, Ralph sortit de son bain et se sécha, appelant un serviteur pour qu'il lui apporte ses habits. Il fit également venir une femme pour qu'elle vienne mettre un peu d'ordre dans ses cheveux et qu'elle maquille de noir ses yeux. Il était important qu'il soit le plus impressionnant des hommes présents à la partie de chasse. Il était quand même le Roi ! Une fois prêt, il sortit de sa chambre et alla se sustenter. Il croisa dans les couloirs quelques uns des nobles qui l'accompagneraient en train de s'affairer pour ne pas être en retard. Sa Majesté n'apprécierait pas et leur avait d'ailleurs lancé un regard peu aimable en constatant que certains n'étaient toujours pas habillés.
Le repas préparé pour Ralph était riche car il lui fallait suffisamment d'énergie pour rester en selle peut-être toute la journée. On ne savait jamais à l'avance combien de temps une partie de chasse durerait, on ne pouvait prévoir l'endroit où allait être le gibier. Le petit-déjeuner fut toutefois englouti en quelques instants. Le Roi avait une faim de loup et avait hâte de commencer la partie. Il savait de toute façon que des mets avaient été disposés dans les sacoches des tapis de selle de chaque participant au cas où la partie s'éterniserait vraiment. A quoi bon manger beaucoup dans ce cas là ? Cela rajoutait du poids et donnait envie de dormir durant la digestion. Il devait être au top de sa forme, car s'il se montrait négligent, il risquerait de perdre la chasse.
Ralph sortit donc de la cuisine et se dirigea vers la cour du château. Certaines personnes étaient déjà là, attendant patiemment à côté de leur monture qui piaffaient. Les chiens eux, couraient partout dans un vacarme d'aboiement. Ils savaient pourquoi ils étaient là, ils avaient appris à reconnaitre la présence des hommes et des chevaux comme un début de chasse. Ils étaient impatients de planter leurs crocs dans la gorge de la pauvre proie qui croiseraient leur route. Le Roi monta sur son étalon puis contempla les hommes présents mettre également le pied à l'étrier. Il serra les dents en découvrant qu'une personne manquait à l'appel et fusilla du regard le noble en question qui arrivait en courant, gêné par les chiens qui lui sautaient aussi dessus. Le noble croisa le regard de son souverain et baissa les yeux avant de monter hâtivement sur sa bête. Ralph pinça les lèvres mais maintenant que tout le monde était là, ils n'avaient plus de raison de moisir sur place.

"En avant !" Cria-t-il à ces compagnons de chasse en éperonnant sa monture qui partit au galop en faisant quelques coups de cul. Loin d'être désarçonné, Ralph sourit. Il entendait le bruit du martèlement des sabots des autres chevaux et les aboiements furieux des chiens en quête de leur proie.
La chasse commençait bien !

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewald
Conseiller du roi
Conseiller du roi
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Conseiller du roi / Dirigeant de la rébellion

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Dim 21 Aoû - 15:51

Tout était calme dans la chambre. Les rideaux encore tirés, seul le léger grattement d’une plume sur un parchemin s’élevait dans la pièce à l’ambiance feutrée. Concentré, l’œil sévère parcourant une énième fois les paragraphes élégamment rédigés, le seigneur Der Radul Ja Sejer el’Sigmar  reposa sans même regarder l’outil qu’il tenait dans la main. La pointe noircie d’encre tinta contre le verre une fraction de seconde, le duvet immaculé hésita un instant, puis s’immobilisa avant de virevolter de nouveau lorsqu’Ewald souffla sur le papier pour en chasser les dernières poussières :

-Mon seigneur ? Il va être l’heure.

Le noble hocha la tête, roula les ordres qu’il venait de rédiger et scella le parchemin avant de l’enfoncer dans son étui de voyage :

-Tu sais ce que tu dois faire de cela.

Il n’y avait rien de plus à ajouter. Les deux hommes connaissaient leur boulot et le serviteur acquiesça d’un mouvement bref avant de tourner les talons.
Quelques minutes plus tard, les rideaux laissaient entrer le soleil et le noble avait réalisé ses ablations avec efficacité. Enfin son page fut de retour et d’un geste conduit par habitude, il aida Ewald à se vêtir.  Les habits du jour avaient été choisis pour leur praticité, mais restaient malgré tout aussi gracieux que l’exigeait son rang. D’un cuir noir souple, l’homme abordait fièrement sur sa poitrine le symbole de sa famille. Les lacets fermés, les boutons attachés, Ewald prit la paire de gants que lui tendait son serviteur et les enfila.
Un seul coup d’œil dans le miroir lui permit de constater que tout était impeccable. Son vêtement fermé jusqu’au cou dissimulait sa vieille cicatrice aux yeux de tous et le reste de ses habits parfaitement ajusté moulait son corps juste ce qu’il fallait pour ne pas le gêner.

Ce fut donc d’un pas vif et sûr qu’il descendit les escaliers du bâtiment, son serviteur tenant ses armes juste sur ses talons. Il y fut salué par les nobles dames qu’il croisait, ainsi que par les hommes non conviés à la chasse du roi. Mais le loup-garou savait que bien des nobles n’étaient pas spécialement froissés. Les gouts du roi étaient changeant et leur tour viendrait un jour pour peu qu’ils soient suffisamment habiles.
Sa marche le mena finalement dehors où les amis les plus récents de l’homme le plus important du royaume attendait déjà (probablement de peur qu’on les oublie s’ils venaient à trainer). Ils étaient toutefois ponctuels et pour cela Ewald les en remercia d’un bref mouvement de tête qui servit aussi de salut alors qu’on lui amenait son cheval.
Préférant éviter les problèmes que cela pourrait causer avec le roi, le noble avait opté pour un hongre de toute confiance malgré son sang chaud. Il s’agissait de ce genre de monture que l’on avait à peine besoin de titiller pour qu’elle donne tout ce que son cœur pouvait donner.
Son aide attacha alors arc et armes à la selle du cheval pendant que d’autres nobles arrivèrent, provoquant quelque début de conversations futiles auxquels Ewald ne souhaita pas se mêler. Puis enfin, le roi se montra. Toujours aussi bien apprêté, le chef rebelle remarqua que le roi semblait de bonne humeur, ce qui promettait une journée agréable si le gibier se montrait aussi généreux.
De nouveau il salua. Plus marqué, plus aimable, laissant filtrer un bout de sourire sur ses lèvres (il s’agissait de son ami et d'un homme plus puissant que lui après tout) Ewald se plaça à sa droite et attendit l’ordre de départ pour enfin monter. Il ne se retourna même pas pour aviser le retardataire, méritait-il seulement toute cette attention ?

Le convoi se mit finalement en route et le noble retint suffisamment son hongre pour que l’étalon du roi puisse ruer sans risque de blesser les autres. Le sien resta d’ailleurs plutôt sage. Frétillant, il tirait de temps à autre sur ses rênes pour dépasser le cheval du roi, ses muscles roulant sous sa robe grise, mais Ewald veillait au grain et l’animal du se contenter de la deuxième place.

Le peuple n’eut quant à lui d’autres choix que de se pousser pour laisser passer la troupe royale, mais le noble perçut nettement quelques acclamations pour le roi. Si ces personnes avaient su qu’elles le verraient aujourd’hui, surement auraient fait en sorte d’avoir des fleurs à lui jeter :

-Vous avez un gibier de préférence mon seigneur ? Finit par demander le noble au roi, une prise qui serait plus belle que les autres ?

________________





La sagesse est pouvoir


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t220-la-vie-d-ewald
Ralph
Anti-mages
avatar

Masculin

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Mar 23 Aoû - 21:34

Ralph canalisa l'énergie de son étalon une fois que celui-ci eut terminé de jeter ses postérieurs, pour éviter de semer la troupe de cavaliers et reprit une allure plus lente, souriant et agitant la main devant la populace qui le regardait passer. Comme c'était bon d'être un roi populaire. Il tourna la tête vers Ewald lorsque celui-ci lui parla et répondit en souriant :

"La plus belle des prises est, et restera le cerf. Mais se montrera-t-il, Ewald ?"

Il ne l'avait jamais appelé par son nom de famille, trop long et compliqué à retenir selon lui. Toutefois, lorsque l'étiquette l'y obligeait, il soupirait par avance et demandait à ses serviteurs de lui écrire le nom du noble sur un bout de papier qu'il pouvait lire sans que cela ne se voit.

Après une dizaine de minutes, le roi ralentit l'allure, faisant repasser la troupe au trot. Il était temps de permettre aux chiens de flairer une piste, et ce n'était pas en galopant sans cesse qu'ils pourraient en trouver une. Les chiens trottinaient donc, la truffe au sol pour certains, la truffe en l'air pour d'autres, la queue relevée pour tous, aboyant de temps à autre, allant jusqu'à mener la troupe lorsque Ralph les laissa passer devant lui en retenant son animal fougueux. Plus le temps passait et plus le roi sentait l'adrénaline monter en lui. Il savait que les chiens trouveraient rapidement leur proie. Ils avaient été dressés pour repérer certaines odeurs : celles du cerf, du sanglier, du daim et du chevreuil. Et dans une forêt, ce n'étaient pas ces animaux qui manquaient.
Comme pour lui donner raison, les chiens se mirent à japper, puis à hurler avant de détaler dans une même direction. Ralph rit aux éclats et lança son étalon à leur poursuite.
La traque commençait.
Les chiens continuèrent sur leur lancée avant d'accélérer subitement. Certains des animaux présents s'écartèrent au fur et à mesure de leur traque afin de former un immense arc de cercle. Ralph n'avait toujours pas vu la bête chassée et fouillait les bois de son regard perçant. Les flancs de sa monture commençait à écumer mais l'homme savait la bête endurante, et il fit en sorte de maintenir le rythme. Il savait que les autres chevaux commençait à montrer les mêmes signes de fatigue, mais qui aurait l'idée de rejoindre une chasse à cour alors que son cheval ne pouvait galoper plus de dix minutes sans se fatiguer ?
Les chiens changèrent lentement de direction, s'orientant d'un même mouvement un peu plus vers l'est. Et là, Ralph les vit : un magnifique daim accompagné d'un plus jeune de ses congénères fuyaient la horde de chiens enragés. Le visage du roi se fendit d'un sourire, il se retourna vers Ewald et toute la troupe et tendit son poing vers l'avant.
Ils les auraient.

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewald
Conseiller du roi
Conseiller du roi
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Conseiller du roi / Dirigeant de la rébellion

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Mer 24 Aoû - 19:00

En équilibre sur sa selle afin de gêner le moins possible son cheval, Ewald accompagnait souplement les mouvements amples de sa monture. Il appréciait sa foulée sûre et l’instinct de conquérant qui semblait animer l’animal. En toute honnêteté, il se laissait porter par ce dernier et se contentait de temps en temps de le guider vers une direction plus adéquate ou de retravailler son équilibre afin de ne pas se retrouver le nez par terre et les quatre pattes en l’air.
Ce cheval avait dû être un lion dans une vie antérieur.
Le martèlement des sabots sur le sol était fracassant, mais malgré le bruit, il entendit tout de même distinctement les hurlements de joie des autres nobles et leurs exclamations stridentes pour stimuler encore un peu plus leur monture. Là encore Ewald ne se mêla pas à l’hystérie générale. Il n’avait d’une part aucun besoin de s’agiter sur la sienne pour lui demander d’aller plus vite (le rythme étant largement assez soutenue s’ils souhaitaient tenir plus de trente minutes) et surtout, surtout… cette chasse n’était pas aussi palpitante que celle qu’il avait pu gouter étant jeune.
Il se souvenait encore…
Il se souvenait des branchages fouettant son épaisse fourrure noire, de ses sauts prodigieux pour franchir pierres et obstacles divers juste avant de débusquer sa proie. Il se souvenait du sol dur sous ses pattes épaisses qui refusaient de se laisser distancer. Il se souvenait du vent apportant avec lui l’odeur de la peur qui le frappait au visage. Il se souvenait des hurlements qu’il poussait pour mener à lui et à la proie le reste de son groupe. Il se souvenait de cette conscience exacerbée de ses muscles et de l’effort qu’il devait produire pour ne pas se laisser semer et de l’adrénaline furieuse lorsqu’enfin il se voyait rattraper l’animal. Les choses étaient tellement plus grisantes quand était à la place du chien…
Finalement, les deux animaux furent en vue et la chasse commença réellement. Le cheval du roi prit naturellement la tête et le reste de la noblesse se dépatouilla comme elle pu pour obtenir une bonne place tout en profitant du jeu. Cependant, Ewald observait le cheminement des bêtes et – connaissant l’endroit – fit bifurquer sa monture loin du groupe. Si ses calculs étaient exacts…
Le seigneur talonna fermement sa monture, il était temps de lui prouver à quel point le hongre pouvait être rapide. L’animal ne se fit pas prier et il s’élança, ventre à terre, dans la direction que lui indiquait son cavalier. Les aboiements des chiens s’éloignèrent progressivement et durant quelques minutes, le duo se retrouva seul au cœur du silence pesant de la forêt. Seul le rythme effréné des sabots du cheval claquant contre le sol meuble parvenait à ses oreilles et le loup douta bientôt de son idée. Il douta jusqu’à ce que de nouveau le bruit des bêtes parviennes à ses oreilles. Légèrement sur sa gauche… en arrière.
Ewald sourit, il avait eu raison !
De nouveau il ordonna au hongre d’avancer et percuta violemment un animal imposant. Ce fut une chance que le noble ne vide pas les étriers, mais sa monture resta sonnée quelques secondes sur ses quatre sabots. Le plus jeune des daims était passé derrière lui, mais le plus grand avait chuté et se relevait précipitamment pendant avant que les chiens (légèrement distancés) ne reviennent à la charge. Quelques uns souhaitèrent partir à la poursuite du petit, mais la voix d’Ewald tonna sèchement et tous repartirent à l’assaut du plus grand animal qui ne tarderait pas à être cerné:

-Mon seigneur,
salua le rebelle pendant que le roi passait devant lui, le coup de grâce n'est plus qu'à quelques mètres.


________________





La sagesse est pouvoir


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t220-la-vie-d-ewald
Ralph
Anti-mages
avatar

Masculin

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Jeu 25 Aoû - 19:38

Ralph se concentra sur les bêtes. Il ne tarderait plus à tirer. Les daims commençaient à faiblir, leur course ne gardait un semblant de rythme que grâce à leur instinct de survie. Les chiens les acculeraient bientôt et les proies n'auraient d'autre choix que d'abandonner.
Ce qui embêtait Ralph, c'était le petit. Même s'il ne comptait pas le tuer, il n'aurait d'autre choix que d'abréger ses souffrances lorsque les chiens se mettront à le mordre de toute part. Et même si (par le plus grand des miracles) les chiens ne s'en prenaient pas à lui, après une telle course, il sera forcément épuisé et mourra, trop faible pour échapper aux autres prédateurs. Non, la meilleure solution était encore de l'abattre avant qu'il n'y ait trop de dégâts. Il pourrait laisser l'un des nobles l'accompagnant s'en charger ? C'était une tâche ingrate et personne ne voudrait de cet "honneur" : ce n'était qu'un bébé, quiconque le tuerait serait raillé par la Cour : "Voyez ce vaillant cavalier, celui qui a tué un brocard". Non, ça ne faisait vraiment pas sérieux !
Le roi récupéra l'arc qui avait été accroché à sa selle avant son départ, prit une flèche du carquois accroché sur l'autre côté de la selle, posa ses rênes sur l'encolure de son étalon, maintenant le rythme et la direction grâce à ses jambes et son bassin, banda son arc et attendit le moment opportun. Il avait une parfaite confiance en sa monture et savait que rien ne le ferai changer de direction. Il s'était entrainé de nombreuses heures durant pour arriver à un tel résultat. Lui qui avait appris depuis toujours à se battre avec son épée, il avait voulu apprendre le tir à l'arc pour se diversifier. Il s'était donc rajouté plusieurs heures d'entrainements par jour (car il était hors de question qu'il arrête son entrainement à l'épée pendant qu'il apprenait à se servir d'un arc), et parvint à un résultat tout à fait satisfaisant, à pieds, en un mois. L'épreuve plus difficile consistait à tenir sur son cheval en même temps qu'il tirait. Là, les résultats furent plus mitigés, moins glorieux ... mais la persévérance de Ralph finit par l'emporter et il put bientôt toucher sa cible au pas. Autant vous dire que les étapes du trot et du galop furent très, mais vraiment TRÈS laborieuses. Et pourtant, il parvint à obtenir ce qu'il désirait depuis le début. Autant dire que ce jour, il fut plus heureux que le jour de son mariage.
Ralph sortit de ses pensées quand il aperçut Ewald (comment était-il arrivé là ?!) percuter le daim. Le roi baissa sa flèche, inquiet de l'arrêt brutal du cheval de son ami, mais vit rapidement que tout allait bien pour le noble et reprit l'animal en chasse. Il nota alors que le brocard avait disparut et se douta que Ewald n'y était pas pour rien. Mais il n'avait pas le temps d'approfondir le sujet. Les chiens commençaient à se rapprocher du daim, lui mordillant les pattes, certains bondissant en espérant atteindre le dos de l'animal.
Après une lutte entre l'envie de survivre et l'épuisement, le daim ralentit une fraction de seconde ... et les chiens ne lui laissèrent pas l'occasion de repartir. Ils le touchèrent aux pattes, aboyant, hurlant, heureux d'avoir accompli leur mission. Ralph mit l'animal en joue, et décocha rapidement sa flèche, l'atteignant en pleine poitrine avant de faire freiner sa monture. Le daim cessa de bouger instantanément. Inutile de le faire souffrir plus que de raison.
La chasse était terminée.
Deux des gardes présents pour escorter le roi s'approchèrent de l'animal et l'attachèrent à un bois suffisamment robuste pour supporter le poids de l'animal. Une fois le grand bâton installé sur l'épaule de chaque garde, ceux-ci purent récupérer les rênes de leurs montures.

"Belle partie de chasse chers lords. J'espère qu'elle vous aura plu autant qu'à moi. Rentrons à présent." Dit Ralph en faisant donc faire demi tour à son étalon, écumant et soufflant.

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewald
Conseiller du roi
Conseiller du roi
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Conseiller du roi / Dirigeant de la rébellion

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Jeu 25 Aoû - 22:15

Ewald talonna doucement sa monture et rattrapa le groupe au petit trot. Bien évidemment, lorsqu’il arriva à leur hauteur la bête avait déjà été tuée d’une flèche par le roi. Rien de surprenant à tout cela, Ralph était doué quand il s’agissait de mise à mort.
Il y eut donc les félicitations de rigueur, chaque noble paraissant plus impressionnés par le précédent par la qualité de son tir et la précision de son geste. Le rebelle, lui, se contenta de sourire et d’incliner la tête en guise de respect :

-On pourrait presque croire que vos sujets ne prendront jamais connaissances de vos multiples talents, ce fut un plaisir de chevauché à vos côtés.

Et, rênes longues, le groupe reprit la route du château au pas.  Son hongre étira l’encolure avec plaisir après cette galopade effrénée et se montra bien plus docile qu’en début de course, il en était étrangement de même avec le reste du cortège et c’est donc dans le calme ponctuée de diverses conversations qu'ils revinrent. Bien sûr, les nobles reprirent leurs rênes dès que le château fut en vue et pavanèrent fièrement devant le peuple, impressionné par tant de richesse et de puissance. Puis ils virent le fruit de la chasse et lancèrent des félicitations au roi pour sa capture du jour, louant les dieux de leur accorder un roi si doué. Nul doute que si le daim avait été un être magique, la flèche aurait trouvé la cible avec autant de facilité.
Si les remarques ne gênaient nullement Ewald, il n’en fut pas moins agacé de constater à quel point la haine de la différence était ancrée dans les mœurs. Il lui restait une montagne à abattre pour entrapercevoir un espoir de tolérance.
Pourtant, à aucun moment ses émotions ne transparurent sur son visage et il se contenta de sourire comme la logique le voulait. Il était avec son roi, revenant d’une chasse fructueuse acclamée par le peuple, de quoi manquait-il ?

Arrivée enfin au château, le groupe mit pied à terre et le loup prit la peine d’expliquer l’incident au palefrenier afin que la bête soit traitée en conséquence. Il aurait été fort dommage de ne pas prévenir les éventuelles courbatures naissantes pour une sombre histoire de snobisme. C’est en tout cas maintenant que les choses les plus intéressantes allaient commencer. Les cuisiniers affluèrent dans la cour en même temps que nobles et dames non invités et découpèrent l’animal aux yeux de tous avant d’en faire divers plats qui ne tarderaient pas être pas.
L’odeur de la viande se répandit parmi eux et les estomacs grondèrent. Toutefois, tous n’auraient pas leur part et la question qui taraudait les esprits ne tarda pas à les faire frémir d’impatience.  Qui, aurait l’honneur de partager ce repas ? Car tous – de la maitresse du roi à celle qu’il convoitait officieusement, au noble de passage jusqu’au conseiller- pouvait en recevoir un morceau. Et bien évidemment, il y aurait des déçus dont le regard atterrés raviraient de nombreux honnorés.

________________





La sagesse est pouvoir


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t220-la-vie-d-ewald
Ralph
Anti-mages
avatar

Masculin

MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   Dim 28 Aoû - 20:27

Ralph sourit à son ami en entendant son compliment. Même s'il savait que les nobles s'agitaient ainsi en espérant garder leur place de choix auprès de lui, cela lui faisait toujours plaisir d'être acclamé. D'ailleurs, à qui cela ne plairait-il pas ?
C'est donc tout content qu'il reprit la tête du groupe en sens inverse pour retourner au château, laissant son cheval souffler, rênes longues. Quelle plus belle récompense pour un cheval après une telle galopade que de marcher tranquillement, libre d'étendre son encolure à sa guise
Ralph avait drôlement hâte de passer à table, la chasse avait été certes courte, comparée à toutes celles auxquelles il avait participé, mais cela n'empêchait pas son estomac de gronder. Il imaginait déjà la bonne odeur de la viande en train de cuire, le brouhaha des nobles qui allaient partager le repas avec lui, chacun tentant d'impressionner les autres. D'ailleurs, tous ne pourraient partager son repas. Il était évident que ses compagnons de chasse mangeraient avec lui, mais il savait déjà qu'il ferait des déçus en choisissant tel au lieu de tel autre. Bien sur son épouse et sa fille seraient conviées (il fallait bien donner le change en public pour cette dernière ...). Quant aux autres et bien ... il avait tout le temps du trajet pour y réfléchir.
Le château fut bientôt en vue et les hommes reprirent les rênes de leurs montures, se pavanant devant le bas peuple, impressionné par le résultat de la chasse. Ralph aimait ces instants et sourit en bombant le torse, triomphant. Lorsqu'ils arrivèrent, Ralph fut le premier à descendre de son étalon, le laissa à un palefrenier après avoir flatté l'encolure de l'animal, s'étira et observa les cuisiniers qui se pressaient dans la cour pour dépecer le daim, en couper différents morceaux et les faire cuire. Pendant ce temps, il fit envoyer des messagers pour convier les nobles avec lesquels il avait envie de déjeuner ce jour-ci et demanda à des serviteurs de dresser la table. Le repas fut bientôt prêt et il fallait bien admettre que le daim était délicieux, l'effort avant la mort ayant attendri et oxygéné ses muscles.
Puis, le déjeuner fut terminé, les convives remerciant le roi pour cette somptueuse capture, espérant ainsi être invités à la prochaine chasse, et rester dans les petits papiers du roi, puis chacun repartit vaquer à ses occupations. Le roi avait encore du pain sur la planche.

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie de chasse à cour   

Revenir en haut Aller en bas
 

Partie de chasse à cour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Ekiard ::  :: Les environs :: La forêt Daghild-