Le Royaume d'Ekiard

Forum rpg fantastique.
Incarnez la créature de votre choix et venez lui faire vivre de fabuleuses aventures !

Partagez | .
 

 Proie ou Prédateur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Proie ou Prédateur ?    Dim 11 Sep - 17:09

Raven était allongé sur son lit, contemplant le plafond dégueulasse de sa cellule. Il savait qu'il ne tarderait pas à quitter enfin les lieux. Bientôt, il serait enfin libre et il pourrait enfin contempler le ciel bleu, les nuages blancs, les oiseaux se déplaçant dans ce paysage serein ou encore les entendre chanter, sentir le vent souffler sur son visage, tout en faisant virevolter sa belle chevelure bleutée. Toute ses sensations lui manquaient cruellement. Puis, il avait hâte de refaire ses spectacles, juste pour retrouver les yeux émerveillés des enfants... Il voulait redonner espoir aux créatures magiques cachées à cause du régime politique. Toutefois ce qui lui manquait le plus, il l'avouait sans aucune honte d'ailleurs, c'était la tendresse et la douceur des gestes d'une femme. Lorsque les mains se glissaient dans sa chevelure, alors que celle-ci gémissait son plaisir charnel au creux de son oreille et... 

Le jeune homme secoua sa tête pour retirer les idées qu'ils venaient de se mettre en tête afin d'éviter de réveiller la bête. Et surtout pour ne pas se frustrer davantage... Il était loin d'être un moine alors bien que son séjour en prison avait des avantages, comme avoir un lit, de la nourriture et des copains de cellule mais ça manquait cruellement de gonzesses ! De plus, il avait tellement espérer qu'une jeune femme vienne le sauver qu'il avait son petit cœur d'homme blessé. On l'avait laissé moisir en prison !! Lui ! Un homme beau, fort, géniale et tant d'autres choses... Mais bon, il devait voir la vérité en face, il n'était pas à son meilleur niveau, alors Raven prit sa décision. Il serait déterminé et ferait plus d'efforts pour que personne ne l'oublie !


Un bruit de clé tournant dans sa serrure raisonna dans toute la pièce. Raven toujours allongé, attendit qu'on lui annonça le verdict avant de se lever. Et comme prévu, il était liiiiiiiiiiiiiiiibre et que les gardes espéraient grandement ne plus jamais à revoir le bougre. Bien qu'au fond de lui-même, le Dieramont était sure qu'il leur manquerait ! Il mettait de l'animation dans ses tristes geôles...Le vagabond prit ses affaires et sortit à la lueur du jour. Il fut tout d'abord aveugler car ça faisait un petit moment que ses yeux n'avait pas été aussi ébloui... Et quand sa vue se réajusta, il eut la déception de toujours pas trouver de ravissante jeune femme. Quelle tristesse ! 

Quelques jours passèrent, durant lesquels Raven préparait avec rigueur et vigueur son nouveau spectacle. En effet, pendant son petit séjour à la belle cité de Trocken, il remarqua une sorte d’effervescence. Les villageois, surtout les commerçants, réalisaient leurs préparatifs pour vendre lors du festival de fin des moissons ! Et par conséquent, il était obligé de faire son show ! Il y aurait beaucoup d'enfants et de personnes tout simplement. Il travailla ses petits tours d'adresse en faisant apparaître et disparaître des objets petits et léger comme les pièces. Faire croire qu'avec la pensée, il tordait sa cuillère... Puis, il acheta du matériel et fit énormément de récupération pour pour voir créer des spectacles encore plus grandiose, comme la boite magique pour faire disparaître un animal, etc. Il avait hâte ! 

Le grand jour arriva bien vite mais Raven était prêt. Cela faisait deux jours qu'il était déjà au lac et il avait aidé à finaliser les préparatifs du lieu. C'était vraiment un très bel endroit. Un espace apaisant et accueillant. Le Lac était grand, son eau limpide et fraîche... D'ailleurs, le bel homme adorait y faire plouf pour se sentir frais ! Ce matin ne fit pas exception... Et elle s'annonçait très bonne !! En sortant du lac, asticot à l'air, une jeune femme l'avait surpris malheureusement et il eut la joie de voir des rougissements sur ses belles petites joues qui le ravirent. Le vagabond échangea quelques peu avec les organisateurs sur le lieux de son spectacle qu'il décida de réaliser tout prêt du lac, pour se la jouer sensible, donc romantique... et surtout afin de jouer avec l'eau et les enfants. 

Le jeune homme décida de profiter lui aussi du festival et il pensa qu'il s'amuserait davantage s'il trouvait une charmante compagnie. Oh, ne le jugez pas ! Depuis son emprisonnement, il n'avait rien fait ! Il était en manque de câlins... En plus, à sa décharge, il s'agissait d'un festival donc les gens qui y participaient, n'y étaient-ils pas là pour passer du bon temps ? C'est exactement ce qu'il proposait ! Raven, en attendant de trouver la jolie jeune femme qui l’accompagnerait, profita des activités et des stands proposés. Il en profita aussi pour bien manger. Enfin, il pouvait goûter à de la vrai nourriture !! Et tout cela, gratuitement ! 

Puis, vint enfin le moment grandement attendu. Le soleil se coucha et les derniers rayons du soleil se cachèrent derrière les plaines. Ils régnaient alors sur le lac une ambiance sereine et apaisante. Il utilisa un produit qui attirait les lucioles ce qui lui permettait d'avoir de la lumière volante... Cela créer une féerie qui attira comme prévu les enfants et les jeunes fille rêveuses. 

'' Approchez, approchez ! Ne craignez rien... Ce n'est pas de la magie... Je suis un simple humain comme vous ! ''

Il vit encore des lueurs de doutes et d'inquiétudes.

''Vous avez des doutes ?'' Il montra une pierre anti-magie dans un coffret. ''Reconnaissez-vous cette pierre ?'' il entendit quelques murmures. ''Oui, il s'agit d'une pierre anti-magie.'' 

Il la saisit de ses mains et montra qu'elle ne lui faisait rien. Il leur sourit avec tendresse et un petit clin d'œil.

''Vous voyez ? Vous n'avez rien à craindre de moi !'' 

Que le spectacle commence ! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Lun 12 Sep - 15:31

-Vraiment ? Vous les croyez ?

Le garde, éberlué par l’annonce qui venait de lui être faite, n’arrivait visiblement pas à accepter l’idée. Les yeux presque sortis de leurs orbites, il désignait du doigt le jeune homme à la chevelure bleutée qui venait d’être relaxé :

-Mais nous ne pouvons pas laisser faire ça ! Enfin c’est…c’est…

La main toujours tendue, l’homme refusait de voir la vérité en face et il fut presque emmené de force à l’intérieur par son acolyte qui lui- restait étrangement fort stoïque- :

-Arrête de geindre, grogna-t-il de mauvaise humeur, tu crois franchement qu’on n’a pas pris nos précautions ?!

-Euh…

Une nouvelle fois interloqué, le soldat se laissa mener à l’intérieur et y découvrit une étrange silhouette. Mince et élancée, la jeune femme qui leur tournait le dos semblait terminer ses préparatifs de voyages. Hum, de dos elle n’était plutôt pas mal et cette façon de faire claquer ce gant de cuir sur sa main pour s’assurer de sa mise en place... N’y avait-il pas un petit côté sadomasochiste un poil excitant ?
La chevelure rousse flamboyante ondula, signe que la demoiselle se retournait et l’homme attendit presque avec impatience de pouvoir observer l’ensemble…avant d’avoir un sursaut de dégout qu’il ne contrôla pas. La gêne s’empara quasi immédiatement de lui, mais le mal était fait et il déglutit avec difficulté. Le regard implacable de la jeune femme le foudroya sur place et l’espace d’un instant il eut envie de baisser la tête comme un enfant prit en flagrant délit de méfait. Etait-ce seulement sa faute si cette dame faisait peur ? Il n’était psychologiquement pas préparé ! Il aurait fallut le prévenir qu’elle avait sur le visage trois cicatrices qui rompaient tout le charme qu’elle aurait pu avoir !
Camylia lui jeta un dernier regard dédaigneux, aucune insulte ne sortit de ses lèvres, mais elle n’en pensa pourtant pas moins et cela fut bel et bien visible :

-C’est Camylia qui va s’en occuper à présent. Elle va le suivre et relever ses liens avec la rébellion. Ça nous apportera plus que de simplement l’exécuter.

La chasseuse jeta un coup d’œil par la fenêtre et vit sa cible disparaitre au coin de la rue. Elle était prête et les hommes en face d’elle n’avaient plus rien à lui offrir. C’est donc avec la grâce du félin qu’elle marcha à leur hauteur et, arrivant au niveau du premier soldat, siffla méchamment à son encontre.
Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres lorsque la surprise le fit reculer, mais il ne répliqua pas. Il SAVAIT qu’il ne devait pas répondre à la provocation. Presque déçue d’une telle soumission, Camylia passa son chemin et se dépêcha de retrouver sa cible renouant doucement avec la liberté.

Toutefois les jours suivant furent…plutôt ennuyeux.
Suivant le jeune homme en toute discrétion, elle ne découvrit rien de bien folichon à son sujet. Il s’entrainait à faire des tours de passe-passe, des illusions inutiles et visiblement pas mal de bricolage. Sourcils haussés par la surprise, la chasseuse tenta vainement de comprendre ce qu’il cherchait à faire avec tout cela, mais elle eut beau chercher. Elle n’en vit pas l’intérêt.
Tout ceci prenait une tournure frustrante. Ses observations confirmaient en effet les dires du garçon puisque Camylia avait eu tout le loisir de constater qu’il n’y avait aucune vraie magie dans ses tours…et pour l’instant aucun contact ressemblant de près ou de loin à un rebelle.
Merde !
Or, pendant ce temps, une certaine fébrilité gagnait peu à peu la ville, les enfants trépignaient d’impatience, les adultes se dépêchaient de terminer leur préparatifs à temps et parmi tous, Camylia serrait les dents. Elle n’aimait pas les fêtes. Ce genre de fête qu’elle était ravie de préparer quand elle était gamine et qui lui rappelait qu’aujourd’hui elle ne pouvait plus y participer avec ses amis, sa famille et ses voisins… Que même en ces jour de liesses, les gens plus nombreux que d'habitude à parcourir les rues ne lui pardonnaient pas sa différence et son faciès dérangeant. Peut-être en profiterait-elle à nouveau quand tous les mages seront détruits ?
Si cette idée la fit sourire, la réalité la rattrapa bien vite. Il faudrait bien plus d’une vie pour exterminer toutes traces de créatures magiques.
Pourtant bientôt, son esprit du faire face à une réalité embarrassante. Malgré le monde qui s’éparpillait partout et nulle part, sa cible ne semblait ressentir aucune gêne à plonger dans l’eau fraîche du lac. N’avait-il donc pas peur de se faire surprendre ? Et si quelqu’un…faisait exactement ce qu’était en train de faire la jeune femme ?
Cette dernière se sentit un instant embarrassée, puis secoua furieusement la tête. Elle n’observait pas ce corps musclé et bien fait pour le plaisir, par voyeurisme ou autres raisons tendancieuses inappropriée. Ce qu’elle faisait été d’utilité public ! Un rebelle pouvait très bien débarquer et lui donner des infos utiles justement parce que les gens détourneraient le regard !
Alors elle n’en fit rien et observa avec attention le jeune homme et ses alentours. S’il croyait pouvoir échapper à sa vigilance…

Finalement (à sa plus grande déception) le temps des joyeusetés arriva et chaque centimètre carré de ce village sembla habité. Laissant Kerstas au bon soin d’une auberge du coin, Camylia se résigna à se changer et adopta des vêtements plus banals, moins pratique aussi. Elle grimaça en lassant sa robe qui pourrait être portée par n’importe quelle paysanne du coup, mais se sentit un peu plus rassurée lorsqu’elle glissa un poignard dans l’étuis autour de sa cuisse. Dissimulé par le tissu, cela permettra à la demoiselle de se promener en ville sans attirer l’attention, tout en restant prête à se défendre ! Elle poursuivit alors son espionnage et suivit l’homme au fur et à mesure de sa dérive. De petite taille et à bonne distance, il lui fut relativement aisé de le suivre. Certaines personnes tentèrent de lui couper la route, d’autres l’alpaguèrent pour la faire venir à leur stand, mais sitôt que la chasseuse tournait son visage vers eux et leur jetait ce regard glacial qu’elle arborait tant. Les gens se taisaient et la laissaient passer. C’est parfois chiant d’être moche, mais aussi terriblement utile !
La journée continua avec force d’éclat de rire et de musique, puis vint le moment où la lumière déclina et la jeune femme pu constater avec surprise que le bougre avait bel et bien l’air de savoir ce qu’il faisait. Le soleil se cacha derrière les collines, remplacé par la beauté des lucioles qui volaient autour de la foule sous les yeux émerveillés des enfants et il fallait bien l’avouer : ce petit tour faisait son effet.

Sa cible se mit à parler, haranguant, rassurant les gens pour les inciter à s’approcher, allant jusqu’à prétexter avoir une pierre anti-magie sur lui et la toucher sans mal pour les convaincre de sa bonne foie. Etaient-ils tous si stupides ? Rien ne prouvait qu’il ne détenait pas là un vulgaire caillou ! Pour être certain de son efficacité, il aurait fallu la tester sur un vrai magicien !
Mais son petit discours fonctionna et bientôt, bon nombre d’enfant se pressait à ses pieds. L’artiste s’illumina et commença à chauffer son public pendant que les adultes s’installaient. Fronçant les sourcils, Camylia remarqua qu’il lui faudrait s’approcher si elle ne voulait pas louper ses faits et gestes. Avançant donc à son tour dans la lumière, elle tenta de prendre un air plus serein et prit place avec les autres.
Puis le spectacle commença. Le jeune homme était bon ! Les gens riaient, s’exclamaient de surprise, parfois de peur et applaudissaient. Ils retenaient leur souffle quand le magicien fit monter une femme (aux atouts certains) sur scène et l’utilisa comme cobaye pour des expériences toutes plus folles les unes que les autres. Un moment Camylia n’éprouva que du dédain pour ces badauds impressionnables, mais force lui fut de constater qu’elle aussi retenait parfois son souffle…
La jeune femme fut renvoyée dans la foule et l'homme continua de faire de la fausse-magie pour le plaisir de tous. Il les fit rêver, joua de son joli minois pour les apitoyer ou les faire rire encore et encore.
C'était un acteur terrible.

Le spectacle se termina finalement sous les hourras des habitants, il y eut des applaudissements et le garçon dû saluer plusieurs fois avant que les gens ne se décident à aller voir ailleurs.
Elle hésita un instant sans le lâcher du regard. Devait-elle aller le voir ? Pour dire quoi ? Et pourquoi lui adresserait-il la parole ? D’ailleurs, la jeune femme qu’il avait utilisée pendant sa pièce était de retour. Décolletée ravageur en avant et sourire aguicheur sur les lèvres, elle parvint à chasser toutes celles qui avaient osé s’approcher de lui jusque ici.
Bon cette fois Camy n’était plus du tout sûre de ce qu’elle faisait. Il y avait un infime risque qu’elle soit rebelle, mais si ce n’était pas le cas, elle n’était pas certaine de vouloir surveiller leurs ébats toutes la nuit…
Son regard se détacha un instant du couple, ses yeux se perdirent dans la nuit malgré ce manque flagrant de professionnalisme. Les tuer au cours de la nuit ne serait-il pas plus simple et plus sûr pour tout le monde?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Mar 13 Sep - 16:51

Raven avait mis les lumières sur lui et il encouragea aux personnes curieuses de venir s'installer. Il voyait bien qu'il intriguait ou tout simplement que beaucoup avaient tout simplement peur de lui et le regarder avec méfiance... Puis une fois que son beau monde était en place, il se mit à faire son spectacle. L'artiste se faisait plaisir et son public avait l'air d'apprécier également. Les enfants riaient, avaient les yeux émerveillés et c'était tout ce que le magicien demandait. Enfin, vint le moment du spectacle où il devait faire monter sur scène une jolie créature qui l'assisterait pour un tour de magie. Il balada son regard dans la salle et il trouva celle qui était à son goût ! Le pervers ne dirait pas à haute voix que sur le moment, il avait cherché la femme la plus voluptueuse dans le seul objectif d'espérer un dodo entre ses deux seins...

L'assistante fit son rôle à merveille et une fois son tour finit, il déposa ses lèvres sur la main douce et gracile de la jeune femme, comme un gentleman et demanda à son public de la féliciter encore une fois. Il lui fit un clin d’œil et un sourire enjôleur et... voilà ! Raven allait enfin pouvoir s'adonner à son deuxième loisir préféré ! C'était une superbe bonne fin de soirée qui s'annonçait. Mais là, il devait terminer son spectacle et il s'activa avec ses derniers petits tours. Et comme toute chose, son spectacle eut une fin impressionnante où il put enfin délivrer son message : la magie, c'était cool ! Surtout si on l'utilise à bon escient ! Il y eut des hourras des applaudissement et des félicitations qui lui firent chaud au cœur. Encore un travail menait avec brio !

Il salua beaucoup de personnes, des enfants, des adultes, des mamies... On l'embrassa et la créature du spectacle arriva pour lui faire l'amour !!! Hum. Il s'emballait... Elle était venue dans le but de le complimenter, tout en mettant en avant son décolleté ravageur. C'était, par ailleurs, à ce moment là que les neurones de Raven firent la malle et désertèrent son cerveau. Il ne se souvint plus du tout de ce qui lui disait la jeune femme, ni même ce qu'il lui répondit d'ailleurs, mais il avait confiance en son pilote automatique. Il se reprit en main quand il s'entendit dire : 

'' Donnez moi un instant pour ranger tout cela, je vous suggère d'aller réserver un repas goûteux et une chambre. Après tout, nous avons toute la nuit devant nous... '' 

Il finit de prononcer ses dernières paroles avec sa bouille toute attendrissante qu'aucune nana ne résistait et comme prévu, elle lui murmura un numéro à son oreille et déposa un baiser à la commissure de ses lèvres et elle s'en alla. Le charmeur vit la créature s'en allait pendant que son hypothalamus sortait le champagne. Raven était excité comme une puce mais pour cela, il fallait ranger ses affaires et c'était bien ce qu'il fit de suite. Puis, il constata qu'une personne était toujours présente et qu'elle regardait le lac. Le vagabond s'approcha d'elle par derrière et souffla avec douceur :

'' Le paysage que le lac nous propose permet de rendre le lieu magique, n'êtes-vous pas d'accord ? ''

Il s'installa auprès d'elle et resta à ses côtés, tout en regardant le paysage :

'' Mon spectacle est certes terminé mais celui-ci reste plus beau et plus impressionnant... Toutefois, je suis bien curieux de savoir ce qu'une jeune femme, dans la fleur de l'âge, fait toute seule ici en pleine nuit ?''

Il la regarda avec un sourire innocent et sans arrière pensée (pour une fois) demanda :

'' Voulez-vous que je vous raccompagne ? ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Mar 13 Sep - 18:18

Elle aurait du l’entendre ! Fichtre mais qu’avait-elle donc fait ? Où avait-elle eu la tête ?! Il ne l’avait probablement pas repéré auparavant, sauf que maintenant qu’il connaissait son visage, il la reconnaitrait facilement juste en la croisant nonchalamment au bord d’un chemin.
Merde !
Mais quelle conne !
Croisant ses bras sur sa poitrine, elle ne put s’empêcher de se sentir nue devant lui avec cette robe au tissu ample qui entravait la plupart de ses mouvements et gênait son accès aux armes. Peut-être même savait-il déjà qu’il était espionné et comme ils n’étaient plus que deux en ces lieux…
La jeune femme grimaça en constant que sa lame était pour l’instant hors de portée, elle n’aurait pour toute défense que ses mains et il n’y avait plus qu’à espérer qu’il ne soit pas si bon en lutte.
Pourtant le jeune homme ne fit pas mine de l’attaquer et la chasseuse tâcha de se détendre. Inutile de griller sa couverture toute seule si cela n’était pas déjà fait :

-Il n’y a rien de magique, se retint-elle presque de cracher lorsqu’elle prononça ce mot. Le paysage est juste agréable à regarder.

Magique ? Peuh ! Heureusement que le paysage n’était pas magique, cela aurait été une vraie plaie ! Et que faisait-il d’ailleurs à s’installer près d’elle ? Et la jeune femme qui l’avait accosté il y a à peine quelques minutes ? Il l’avait éconduite ? Sérieusement ?
Il était gay ?
Tournant son visage vers lui, elle le détailla plus amplement pour tenter de le percer à jour. Les traits fins et réguliers, il était incontestablement un beau jeune homme. Musclé, vif et agile (comme elle l’avait remarqué durant le spectacle) il pouvait faire des ravages aussi bien chez un sexe que chez l’autre et après tout, sans aucun préjugé, les artistes n’avaient-ils pas tendance à être un peu tous homo ? (Roooooh ><). Cependant Camylia était à peu près sûr de l’avoir vu dévorer du regard la jeune femme qu’il avait fait monté sur scène tout à l’heure, alors quoi ? Il s’était rendu compte d’un terrible défaut ?
Elle haussa les épaules intérieurement, peu importe, cela l’arrangeait bien de ne pas avoir à assister à une scène torride ce soir. Elle avait beau pouvoir assister à une séance de torture sans ciller, voir tuyau rentrer trou n’avait rien pour la mettre à l’aise :

-Hé bien il me semble qu’il y avait un spectacle ici, répondit-elle simplement, et je suis venue y assister. Le fait d’être une femme m’impose-t-il d’avoir toujours un protecteur à mes côtés ?

Sous-entendait-il qu’elle serait incapable de se défendre en cas d’attaque ? Ha ! Le pitre !
Mais à bien y réfléchir, sa réflexion n’était pas complètement idiote. Se promener seule dans une ville en fête, de nuit, n’était pas toujours une bonne idée et avec son accoutrement de …femme, rien n’indiquait qu’elle savait se battre mieux que la plupart des hommes. De toute façon elle était généralement peu abordée, ceux qui le faisaient étaient généralement dans le même cas que sa cible : En chien ou se méprenait sur son physique en l’accostant de dos, pour rapidement biaiser sur leurs occupations et s’éclipser avec plus ou moins de tact. L’évidence était flagrante, ses cicatrices ne plaisaient pas.
Malgré tout, le jeune homme ne se démonta pas en voyant son visage et cela arrivait si rarement que Camylia en fut un instant déstabilisée :

-Et la femme qui vous faisait des avances ? Demanda-t-elle avant que son cerveau ne s’en rende compte.

Elle s’en mordit la lèvre. Décidément, cette nuit elle était à la ramasse. Bah ! Au moins cela lui permettrait de mettre les choses au clair, car quitte à choisir d’assister à une scène de fesses, elle serait surement moins embarrassée s’il s’agissait d’un homme et d’une femme que d’un homme et d’un homme.
Il était d’ailleurs délicat d’accepter l’offre. Cela lui offrirait une chance incontestable d’en savoir un peu plus sur lui, mais rendre l’espionnage sur le long terme plus compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Ven 16 Sep - 21:56

Raven regarda la demoiselle sans comprendre ou celle-ci voulait en venir... Comment ça les avances de l'autre femme ? Quelle autre femme encore ? Il devait aller rejoindre la blonde plus tard mais... Puis, les neurones ayant eu trop pitié de l'avoir abandonner aussi lâchement revinrent à leur place, soit dans son cerveau et il comprit ! Oh ! Elle pensait qu'elle allait retarder son rendez-vous galant !! Le vagabond se mit à rire avec légèreté. Il trouvait la remarque tellement mignonne qu'il ne put s'empêcher de lui faire une bise sur la joue et se mit à la rassurer :

"Vous êtes tellement adorable ! Ne vous inquiétez pas pour elle, il lui suffira juste de m'attendre un plus de temps que prévu". Il mit son index sur ses lèvres et avec un clin d’œil, il poursuivit :  "Mais cela devra rester notre secret."

Il se leva et s'étira comme un chat, tout en prenant une grande goulée d'air frais ! Qu'est-ce qu'il était bien ! Le vagabond se tourna ensuite vers la jeune femme à laquelle il tendit sa main pour l'aider à se relever et l'accompagner jusque dans un habitat sûre. Se fut à ce moment là qu'il s'aperçut des marques sur le visage de la jeune femme... Raven en était très troublé car cela y ressemblait sacrément à des griffures d'une bête, non ? C'était ainsi, perdu dans ses pensées et ses interrogations, que le jeune homme tira avec un plus de force la jeune rousse quand elle eut saisi sa main. Il l'attira à lui de tel sorte qu'elle se retrouva piéger entre ses bras et se mit à regarder avec intensité ses cicatrices.

Raven se demanda comment avait-elle pu avoir ça ? Était-ce un accident ? Ou l'acte inconsidéré d'une créature magique ? En tous les cas, elle devait avoir beaucoup souffert et continuer certainement à souffrir de cette marque... Le jeune attendrit son regard et osa même caresser avec tendresse à l'aide du dos de sa main, les longues lignes qui marquaient cette douce peau. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle se confia à lui mais il ne put s'empêcher de lui demander sur le ton de la confidence :

"Que vous est-il arrivé ?"

Au vu du silence et puis de la gêne (enfin c'était ce qu'il en concluait) de sa partenaire, il lâcha sa prise autour de la jeune femme en se rendant compte de ses agissements. Les neurones, bien qu'ils soient de retour, mettaient toujours autant de temps qu'auparavant et il agissait (comme toujours) avant de réfléchir à ses actes. Il se pressa alors de s'éloigner légèrement de la belle rouquine, avec un petit air gêné. D'ailleurs cela se voyait clairement à son regard baissé et sa main qui jouait dans ses cheveux, indices très révélateur de l'anxiété du jeune homme. 

"Je suis désolé, je ne voulais pas vous embarrassez Mademoiselle..." il lui sourit innocemment en s'expliquant: "Je suis souvent un peu trop curieux..."

Le Dieramont finit par s'incliner et lui pria d'excuser sa maladresse, expliquant bien qu'il n'avait aucune intention de la blesser ou de se montrer discourtois. Une fois qu'il fut relevé, il attendit un moment histoire de voir, si elle allait lui en coller une... Puis laissant de nouveau sa spontanéité reprendre le relais, il lui offrit un de ses plus beau sourire avec sa main et déclara, avec gaieté, montrant ainsi qu'il passait complètement à autre chose :

"Allons-y ! Nous n'avons que trop tardé !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Sam 17 Sep - 13:22

En toute sincérité, Camylia fut choquée. Interloquée même ! Comment pouvait-on la qualifiée d’adorable ? Cela faisait des années qu’elle n’avait eu le droit à un tel descriptif, en fait cela n’avait jamais été le cas depuis sa mutilation ! La surprise fut d’ailleurs telle que la jeune femme manqua de peu de louper le sens de la phrase et se reprit juste à temps pendant qu’il lui demandait une faveur.
Il n’était donc pas gay ? Haussant un sourcil, elle se fit la réflexion que cela ne serait pas très juste pour la demoiselle qui attendait…avant de se dire qu’il ne s’agissait certainement pas de son problème et que dans tous les cas, ce n’est pas en couchant le premier soir avec un parfait inconnu que l’on pouvait espérer une relation sur le long terme. Sans compter que l’homme était un artiste qui aimait s’amuser autant que voyager et pour le deviner, il n’avait fallut que quelques minutes à la chasseuse :

-Tout devrait bien se passer si je ne la croise pas, répondit-elle du tac au tac.

Mais les dieux n’avaient pas décidé de la laisser tranquille aujourd’hui et bientôt une main tendue se trouva devant son nez.
Euh… ? Plait-il ? Ha oui ! Elle devait jouer à la jeune potiche et se saisir de cette aide parce qu’elle était parfaitement incapable de se débrouiller toute seule ! Fichtre ! Elle avait failli en oublier sa couverture dis donc ! S’emparant de la main avec hésitation elle releva ses yeux d’émeraudes vers lui au moment précis où il découvrit son visage.
Merde !
Immédiatement elle se renfrogna en voyant la stupeur se peindre sur ses traits. Voila, les dés étaient lancés ! Le dégout prendrait place sur ce joli minois et il lui faudrait regrouper toute sa volonté pour ne pas le frapper et griller sa propre situation. Maitrise-toi Camy ! Tu auras tout le temps pour lui casser la gueule quand il aura balancé ses amis rebelles !
Ce fut donc tout naturellement, qu’elle se retrouva dans ses bras.


Attend...
Quoi?


Avec un réflexe inné, la chasseuse écrasa le pied du garçon qui de surprise, relâcha son étreinte. Elle se dégagea alors brusquement, tournoyant dans l’entrave de l’artiste et se saisit d’un de ses poignets pour le lui tordre, le forçant à suivre le mouvement et donc à s’incliner vers elle pour se soustraire à la douleur. Immédiatement ses doigts se glissèrent dans la douce chevelure  violette de l’homme et elle tira fort pour le contraindre à incliner la tête vers l’arrière pendant que de l’autre main, elle le forçait à descendre. D’un bref mouvement de jambe, elle cogna l’arrière du genou de sa victime et le fit tomber à plat ventre dans la poussière où elle ne se gêna de lui assener un dernier coup de poing lorsqu’elle lui cracha au visage :

-Ça t’apprendra à me toucher connard de rebelle !





Le visage de Camylia se recula lorsque la main de l’homme chercha à frôler son visage. La jeune femme pouvait certes faire preuve d’une grande maitrise de soi, mais il y avait des limites à ne pas franchir et il s’en approchait dangereusement.
Pense à ta couverture Camy, pense à ta couverture… Tu gagnes sa confiance là ! Tu es sur le bon chemin !
La chasseuse serra les dents :

-Ça ne vous regarde pas, répliqua-t-elle plus froidement qu’elle ne l’aurait dû.

Mais le jeune homme l’avait déjà lâché et toute tentative de fuite devint inutile. Déplissant ses vêtements pour reprendre contenance, La guerrière hocha doucement la tête aux dires de l’artiste :

-"Je suis désolé, je ne voulais pas vous embarrassez Mademoiselle... Je suis souvent un peu trop curieux..."

-Sachez jeune homme que la curiosité est un vilain défaut, mais vous avez de la chance que je ne sois pas susceptible.

Oui, Camylia était tout à fait capable de sortir de telles énormités sans broncher. Si seulement le bougre avait su que quelques secondes plus tôt elle ne rêvait que de lui planter sa lame dans sa gorge…
Pourtant elle glissa son bras sur celui de l’homme et ils commencèrent à faire un bout de route ensemble. La sensation était pour elle plutôt…déconcertante. La mercenaire n’avait pas l’habitude de toucher les gens, encore moins de se laisser faire et à des années lumières de seulement se faire passer pour faible. Il lui fallait pourtant se l’avouer, cette ruse semblait fonctionner à merveille avec ce genre d’individu et il pourrait être bon de recommencer.
Les chemins s’obscurcissaient doucement, la flamme des lanternes s’épuisaient, ne laissant pour seul guide que de minces petites étincelles tout juste suffisantes pour les guider, mais qu’importe, Camy savait exactement où elle allait et la noirceur de la nuit ne la gênait pas le moins du monde. Qui craignait les dédales sombres de la ville lorsqu’on passait plus de temps dans l’obscurité épaisse de la nuit à traquer des monstres magiques ?
Leurs pas résonnaient doucement sur les pierres pavées, étouffés parfois par le vacarme omniprésent des tavernes devant lesquelles ils traversaient. Le couple croisa plusieurs individus qui jetèrent des regards curieux à ces « amoureux » profitant de la beauté de la nuit, mais passaient rapidement leur chemin, trop occupé à être pressé de rentrer chez eux. Il faut dire que les visages étaient peu visible et que pour une fois, malgré la compagnie inhabituelle de la jeune femme, celle-ci pu se détendre. Ces contextes favorables aux vampires lui offraient aussi un repos bienvenue. Les badauds ne voyaient en elle qu’une simple femme. Oublié les cicatrices, oublié sa difformité, elle était enfin ce qu’elle avait toujours voulu être étant gamine. Une femme dont elle n’avait pas à avoir honte :

-Nous sommes arrivés, finit-elle par dire, j’espère ne pas vous avoir trop éloigné de votre destination finale. Monsieur euh…

Ne pas oublier qu’ils venaient de se rencontrer, que la chasseuse n’était rien sensée connaitre de lui et lui d’elle :

-Je m’appelle Elise, ravie de vous avoir rencontrée ce soir.

Quand bien même le jeune homme ne la connaissait pas et n’avait pas fait mine de reconnaitre ce visage griffé, il serait bête que son véritable nom éveille quelques suspicions et réduise à néant tous ses efforts. Oh Camy n’était pas suffisamment arrogante pour être persuadée que toute la rébellion la connaissait, mais comme on dit : « Prudence est mère de sureté. »
Lâchant finalement son bras, elle entra donc dans l’auberge qui sommeillait et sortie une clé de sa poche jusque là dissimulée dans les recoins de son vêtement. Le gérant leva la tête et l’accueillit l’œil fatigué, mais heureux d’une soirée bien remplie :

-Messieurs, dames, murmura-t-il en guise de salutation comme s’il craignait de réveiller le reste de ses clients.

Camylia salua élégamment à son tour, enfin tâcha d’imiter les jeunes femmes qu’elle avait observer par le passé et attendit de voir la réaction de l’artiste. Il lui faudrait probablement faire demi-tour en toute discrétion et le suivre sans se faire remarquer si elle voulait mener à bien son enquête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Sam 17 Sep - 22:14

La jeune femme glissa son bras autour du sien et ils purent se mettre en route. Le vagabond la laissa les guider, ne connaissant le trajet pour rejoindre le logis de la belle. Raven hésitait à lui adresser la parole, surtout après son commentaire cinglant sur sa curiosité... Du coup, il ne cessait de faire le poisson, à ouvrir la bouche pour demander quelque chose pour engager la discussion et finir par la refermer aussitôt après. Cependant, parler le démangeait, il n'aimait absolument pas les longs silences... Et bon sang, ce que la curiosité lui était d'une grande aide,notamment pour être agréable aux gens mais là, avec cette charmante demoiselle... Il était censé s'y prendre comment ? Depuis qu'il était avec elle, le jeune homme avait enchaîné les boulettes et il ne voulait s'enfoncer encore plus... 

Le bel homme reporta son attention à la route et il constata que plus ils s'engageaient dans les divers chemins et plus ils s'obscurcissaient. Raven se fit la remarque qu'il avait vraiment bien fait de l'accompagner et que c'était peut-être pour cela qu'elle n'était pas partie si vite du bord du Lac... Elle s'y était sûrement sentie en sécurité et avait eu peur de rentrer ? Au vu du silence des deux compagnons de route, leurs pas résonnaient doucement sur les dalles qui tapissaient le sol. Le duo croisa plusieurs individus sur leur chemin qui les regardaient intrigués ?  D'ailleurs, il se demandait pourquoi ? Le dévisageait-il car il le reconnaissait ? Ou c'était la demoiselle à son bras qu'ils enviaient ? Le vagabond se mit en tête qu'ils étaient jaloux car il avait toujours une nana et une belle compagnie alors qu'eux nada ! Niark ! Et oui, la vie était injuste. Soit on était un sacré beau gosse comme lui, soit on ne l'était pas ! (HJ/ Tu vois, c'est dans ses moments que j'ai envie de lui dire, Ta gueule Raven -_-) 

Dieramont sortit de ses pensées quand la douce voix de la jeune rousse à ses côtés se fit entendre : 

« Nous sommes arrivés » 

Quoi ? Déjà ? Il était tellement perdu dans ses pensées qu'il en avait perdu la notion de temps et d'espace apparemment... Il n'avait absolument pas fait attention au trajet et aux chemins empruntés. 

« J’espère ne pas vous avoir trop éloigné de votre destination finale. Monsieur euh… » 

« Raven ! Raven Dieramont pour vous servir ! » 

Il inclina la tête pour la saluer comme l'aurait fait un gentleman. Raven lui sourit  et lui demanda à son tour : 

« Puis-je savoir comment vous vous nommez ? » 

« Je m’appelle Elise, ravie de vous avoir rencontrée ce soir. » 

« Je suis enchanté d'avoir fait votre connaissance, ma chère Elise » (HJ/ En cœur : Mais le seau, il est percé chère Elise, chère Elise... Bon là, j'avoue c'est Raven qui me regarde blasé... u_u) 

La jeune femme lâcha au final son bras pour se diriger vers l'auberge sans un bisou de remerciement... Et le bisous ??? Bouhouhou ! Son petit cœur allait se briser en mille morceaux... Mais heureusement qu'une jeune femme l'attendait pour le consoler ! Elle le câlinerait de toutes ses forces et lui comme un bon amant la satisferait jusqu'à épuisement et il pourrait dodo entre ses deux seins tout gros et tout moelleux !! En plus, il était en manque donc il allait bien la faire hurler, il était au taquet !! C'était donc tout content qu'il sortit de l'auberge pour aller rejoindre le lieu où l'attendait sa demoiselle jusqu'à ce qu'il réalisa une chose... 

Mais il était déjà à l'auberge de la jeune femme ! Il ressortit un instant pour vérifier sur l’écriteau... Ah bah oui ! Il était dans la bonne auberge ! Raven entra de nouveau dans l'auberge salua le gérant sans regarder devant lui... Et ne prenant pas conscience de ce qu'il l'entourait, c'était donc naturellement qu'il fonça droit dans une personne. Il la rattrapa de justesse avant qu'elle ne s'étale par terre car avec son empressement, il aurait pu faire voler une jeune femme... 

« Oh navré, veuillez... » il reconnut alors la belle Elise qu'il venait à l'instant de quitter. « Oh pardon Elise ! » Il se redressa rapidement, la mit sur pattes et s'éloigna tout en s'excusant platement. « Je suis bien maladroit aujourd'hui... » il rit nerveusement. 

Le pervers se mit en tête que c'était peut-être la providence qui lui envoyait un signe pour lui dire, qu'il fallait qu'il resta avec elle ? Il se donna une gifle mental pour avoir eu une telle pensée. Puis, il remarqua le regard suspicieux de la rouquine. Mais qu'est-ce qu'il avait encore fait, nom d'un chien ? Ses neurones, toujours ayant pitié d'appartenir à un homme qui réfléchissait toujours avec son deuxième cerveau (HJ/Oui je sais, je suis méchante avec lui mais même lui en est conscient u_u), lui permirent de comprendre la réaction de la jeune femme. Elle devait sûrement se demander pourquoi il la suivait ? Raven ne pouvait lui en vouloir d'ailleurs, un jeune homme aussi beau que lui qui vous raccompagnait et qui continuait à vous suivre même une fois à destination, c'était suspect ! Toute personne penserait qu'il était un violeur ! De ce fait, il se mit à paniquer et se pressa dans des justifications pas toujours très compréhensibles...Voyez par vous même : 

« Je vous jure que je ne vous suivais pas ! Enfin si ! Mais c'est pas pour vous ! Non pas que vous n'êtes pas séduisante ou attirante, je vous avouerais même que je vous trouve très bien foutue ! Non c'est pas ce que je voulais dire...  Mais je le pense vraiment !» 

Se fut à ce moment là qu'il eut une prise de conscience... Il  ne venait pas de lui dire clairement qu'il la trouvait bien roulée et que ça ne l'aurait aucunement gêné de passer sa nuit avec elle, si ? Pour le coup, Raven ne savait plus quoi dire. Ses neurones, sûrement trop désespérés de voir qu'il préférait agir de manière spontanée au lieu de leur laisser faire le travail, décidèrent de faire grève. La situation était tellement risible... Le jeune homme ne savait plus comment s'en sortir sans offenser la jeune femme. Comme d'habitude, ses neurones l'abandonnaient toujours au mauvais moment ! Il soupira et s'exprima les yeux baissés, comme un enfant qui avait fait une grosse bêtise : 

« Il se trouve que ma... » Il hésita un moment, il n'allait tout de même pas lui dire son plan cul... « compagnie de ce soir, m'attend dans une chambre de cette auberge. » 

Le vagabond prit son courage à deux mains et la regarda dans les yeux, avec un petit sourire gêné. 

« Je vous souhaite une belle soirée, Elise. » 

Raven laissa la jeune femme, après un rapide salut de la tête, il se dirigea vers les escaliers qu'il emprunta. Tellement perturbé et perdu dans ses pensées, il fit un tour de l'étage à la recherche de la chambre qu'il voulait, sans la trouver pour autant. Se rappelant plus tard de l'indication que la jeune assistante lui avait donnée dans son oreille, il se repéra pour retrouver le bon numéro de porte. Et il était tellement chanceux, qu'il tomba de nouveau sur la rouquine.


C'était un signe ! Ça ne pouvait être autrement... Elle ouvrit sa porte et Raven décida de ne pas perdre de temps et de foncer directement sur elle, lui donnant un baiser intense. Ils entrèrent dans la chambre, il claqua avec son pied la porte sur laquelle il plaqua la jeune femme et il se colla à elle. Le jeune homme fourra une main dans sa chevelure, tout en cherchant à intensifier le baiser. Cherchant à reprendre une respiration, il posa son front sur le sien avant de fourrager ses mains derrières son dos à la recherche des lacets du corset de la robe. 

« Un problème ? »

Pourquoi lui disait-elle ça ?


Raven secoua sa tête de droite à gauche et pensa à un pamplemousse histoire de dégrossir la bête, afin que la jeune femme ne puisse remarquer qu'il était en chien... Il s'avança jusqu'à la porte voisine de celle de la rouquine. C'était pas un signe, c'était de la poisse... Bon, il devait coucher avec l’assistante ou pas au final ? Non pas qu'il était ultra pudique mais il n'aimait pas faire crier sa compagne s'il connaissait une autre personne dans les entourages... Et une femme encore plus... Le hic, c'était qu'il était cruellement en manque. Dilemme. Tant pis, il le ferait avec discrétion alors... Au pire, il la ballonnerait. >_<

HJ / Euh... ça te convient ? Passe au lendemain direct si tu veux ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Dim 18 Sep - 15:14

L’oreille aux aguets, Camylia fit mine de continuer à chercher quelque chose dans ses poches. La jeune femme savait pertinemment qu’elle n’y trouverait rien, mais il fallait endormir la vigilance du gérant si cette dernière ne voulait pas paraitre suspecte lorsqu’elle ferait demi-tour pour retrouver Raven… et quoi de mieux que de feinter avoir perdu/oublié un objet qui lui était cher pour partir faussement à ses trousses?
La jeune femme n’eut pourtant nul besoin de continuer sa comédie puisque la porte se rouvrait derrière elle et que quelqu’un lui rentrait dedans. Que ?
Déstabilisée, la chasseuse marcha sur un pan de sa robe et cria de rage intérieurement (encore habituée à étouffée ses émotions véritables suite à sa rencontre précédente) avant de constater qu’elle avait bien fait. Ce furent donc les mains du jeune homme qui la rattrapèrent in extremis et l’empêchèrent de s’écraser au sol, faisant jurer la mercenaire dans sa tête. Voila pourquoi elle haïssait les robes ! Une simple bousculade et on pouvait se retrouver par terre sans pouvoir se redresser, quelle plaie !
Pourtant l’artiste ne sembla pas remarquer son agacement, il semblait même…ailleurs ?
Curieuse, Camylia l’observa attentivement et le laissa se dépatouiller tout seul dans ses propos qui auraient pu vexer n’importe quelle dame dont l’objectif était de plaire aux hommes. Pensait-il sincèrement qu’elle se souciait d’être à son gout ? Elle ? Ceci dit cela signifiait qu’elle était pour l’instant assez bonne comédienne, non ?

-« Je vous jure que je ne vous suivais pas ! Enfin si ! Mais c'est pas pour vous ! Non pas que vous n'êtes pas séduisante ou attirante, je vous avouerais même que je vous trouve très bien foutue ! Non c'est pas ce que je voulais dire...  Mais je le pense vraiment !»

Bon par contre là ça devenait franchement gênant et si c’était la première fois qu’elle avait le droit à ce genre de compliments, cela était plus perturbant que flatteur. Après tout, quelle crédibilité pouvait-on donner à un homme qui donnait un rendez-vous tendancieux à une jeune dame pour aller flirter avec une autre le temps que la première se prépare ?

-« Il se trouve que ma...  compagnie de ce soir, m'attend dans une chambre de cette auberge. »

La chasseuse aurait aimé le voir ramer un peu plus, juste pour voir s’il aurait pu lâcher des infos intéressantes sur son vrai mode de vie, mais il n’en fit rien. Elle soupira doucement et répondit calmement, jubilant silencieusement de savoir qu’elle aurait la meilleure excuse du monde pour pouvoir l’observer en toute tranquillité.
La mauvaise nouvelle, par contre, c’est qu’il avait bel et bien une partie de jambes en l’air de prévu et que ça ne ravissait pas la jeune femme de devoir espionner ce genre de chose :

-Vous ne me devez rien, Raven. Faites donc ce que vous avez à faire puisque vous avez déjà eu l’amabilité de me raccompagner. Passez une bonne soirée.

Et elle monta à l’étage où elle y retrouva l’artiste toujours aussi fébrile, presque perdu au milieu de ces portes diverses. Intriguée, elle ne le quitta pas du regard tout en se dirigeant vers sa propre chambre, mais commença un peu à s’inquiéter lorsqu’elle vit son regard vitreux :

-Un problème ?

Etrangement cela sembla le faire redescendre sur terre et il se dirigea vers elle. Euh… pas trop prêt non plus hein ! Puis il constata que selon toute vraisemblance, ils étaient voisins. He bien ! Si les dieux s’étaient rie un peu avec elle en début de soirée, ils cherchaient probablement à se faire pardonner.
Même auberge, chambre côte à côte : Camylia n’avait plus qu’à faire son brin de toilette tout en écoutant à travers la paroi en toute légalité. Avait-elle seulement eu plus facile à faire ?
La mercenaire le regarda, presque mort de honte, poser sa main sur la poignée et rentrer dans la chambre ou une voix suave et chaleureuse l’y accueillit. Secouant doucement la tête, la jeune femme entra à son tour dans son lieu de repos. Bien sûr, tant de coïncidences lui posaient questions. N’était-ce pas un signe que les rebelles l’avaient repéré et avaient souhaité se jouer d’elle en disposant les pièces selon leur bon plaisir et surtout de manière à avoir l’avantage ?
Peut-être, cependant Camy y croyait peu.
Raven était trop embarrassé pour que cela soit vrai … ou trop bon comédien pour elle.

-Tu en as mis du temps mon trésor.

La chasseuse se figea.
Vraiment ?
C’était du bois ou du papier qui les séparaient ?
La jeune femme déglutit en entendant la voix grave de Raven lui répondre et elle se retint de geindre. D’accord ça lui facilitait les choses, mais à ce point …

Camylia n’avait même pas besoin de se coller au mur pour comprendre leur conversation. Elle put donc en toute tranquillité préparer ses vêtements pour le lendemain et se laver tout en suivant le peu de paroles qu’ils échangèrent, qui laissa vite place à quelques préliminaires…rapides.
Rouge de honte, la chasseuse tenta de faire le moins de bruit possible. Aussi étrange que cela puisse paraitre, elle aurait probablement encore eut plus honte si le couple à côté se serait rendu compte à quel point ils étaient audibles…
Les joues en feux, la demoiselle eut donc tout le loisir d’entendre le lit grincer et la nouvelle conquête de Raven gémir d’aise, voir parfois même ; s’exprimer un peu plus bruyamment.
Dormir était inenvisageable dans de telles conditions et une éternité sembla s’être écoulée lorsque la tempête se calma. Hésitante, la mercenaire rejoignit finalement son lit et attendit quelques minutes pour voir s’il y aurait une discussion plus sérieuse après cet amusement passager.
Rien.
Elle avait du endurer tout ce bordel pour rien !
Raaaah !

Au final la nuit avait été plutôt courte, mais cela ne gênait pas Camylia, elle avait l’habitude et n’avait aujourd’hui qu’une hâte, que sa mission avec Raven se termine !
Vérifiant son paquetage avec minutie, la jeune femme y rangeait ses armes quand elle entendit un bruit juste à côté. Il partait ?! Merde ! Mais elle n’était pas prête !
La chasseuse était en train de redescendre le tissu de sa robe à toute vitesse sur ses jambes quand sa porte s’ouvrit à la volée.
Pardon ?
Son corsage n’était pas encore lacé et sa chevelure rousse s’éparpillait autour de son visage en une cascade fougeuse. Elle n’avait rien de présentable :

-Raven ?! Qu’est-ce que tu fais là ?

Alors là bonhomme, il te faudrait une sacrée excuse parce que la guerrière commençait à s’échauffer et le vouvoiement était devenu tutoiement pendant que sa main se rapprochait étonnement de sa cuisse cachée qui recouvrait sa dague…

-Hum…Raven ?

La voix ensommeillée  de la conquête d’hier s’éleva doucement de l’autre côté du mur, laissant au jeune homme tout le loisir de constater que oui, Camylia avait TOUT entendu de ce qu’il avait vécu ces dernières heures :

-J’espère pour toi que tu as une bonne raison de débarquer ici à l’improviste,reprit-elle en perdant un morceau de son masque gentillet.

Ceci dit, qui serait agréablement surpris d’être découvert dans sa propre chambre, à moitié nue, par un quasi inconnu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Mar 20 Sep - 11:04

Raven soupira un bon coup, ouvrit la porte et... banda en deux secondes. Toute la gêne qu'il avait ressenti à l'instant envers Élise avait soudainement disparue et le cerveau du jeune homme disjoncta. La vision qu'il avait face à lui ne pouvait lui permettre de réagir autrement... Surtout pour un homme aussi bien constitué que lui, en bonne santé et pervers. L'assistante l'attendait, habillée d'une tenue transparente et qui paraissait tellement légère qu'un seul souffle aurait permis au tissu de se soulever. 

« Tu en as mis du temps mon trésor. »

Le jeune homme sourit coquinement, tout en fermant soigneusement la porte après être entré dans la chambre. Son regard s'assombrit par le désir, tout en essayant de contrôler la bête en lui pour ne pas faire fuir la petite biche. Il allait se montrer quand même un minimum gentleman, bien que son corps lui criait clairement qu'il en avait rien à foutre et qu'il voulait juste baiser... 

« Plus on attend, plus c'est bon, dit-on.» 

Il s'approcha du lit où la jeune femme était étalée, avec un regard de prédateur. Il posa une de ses jambes sur le matelas, qui s'enfonça légèrement sous le poids, pendant qu'il retirait sa cape. Une fois qu'il s'était débarrassé du long bout de tissu qui le suivait, il surmonta le corps de la charmante assistante du jour tout en effleurant le corps de la bombasse du bout des doigts. Il rapprocha doucement ses lèvres des siennes tout en susurrant : 

«Pour ma part, ça va faire un bon 3 mois que j'attends, arriveras-tu à me satisfaire ? » 

La jeune femme rit de sa remarque et décida de lui montrait de quoi elle était capable en le passant en dessous d'elle. Dans la tête de Raven, c'était la fiesta. Jamais il ne l'avouerait à haute voix mais il trouvait qu'il n'y avait rien de plus sexy qu'une femme au-dessus de soi, surtout pour commencer. C'était donc après ce bref échange que le couple laissa les paroles pour des soupirs et des gémissements de bien-être, de plus en plus audible. Le bel homme, bien en chien, ne perdait pas son temps et fit découvrir à sa charmante compagnie du soir, ses talents d'amant. Il ne se contenta pas d'un round, nooooon ! 

Le vagabond profita bien d'une bonne partie de la nuit pour se consacrer au sport de chambre jusqu'à épuisement. Il roula, une fois la partie de jambes en l'air terminée, sur le côté avec un soupire d'aise. La jeune femme laissa échapper un « Whaouh » qui boosta son ego de mâle. Raven reprenait doucement sa respiration pour ensuite se tendre à l'extrême à l'entente de trois petits mots qu'elle avait murmuré, avant de se coller à lui pour dormir assez rapidement, au vu de son état de fatigue. Oh putain ! Il avait fait quoi pour mériter ça.... Il cherchait un plan cul pas des sentiments. Le jeune Dieramont était trop crevé pour partir là tout de suite mais à son réveil, il devrait songer à se lever assez tôt pour filer à l'anglaise. C'était pas gentleman mais... Il tenait troooooop à sa liberté ! Finalement, trop épuisé, il se reposa et remit ses plans d'actions à demain pour finir sa nuit dans les bras de Morphée. 

Quelques heures plus tard, il se réveilla en sursaut après avoir rêvé les mots de la jeune femme hier... Sa conscience n'était vraiment pas tranquille. Raven se redressa et regarda avec attention ses jambes et ses bras. Il les bougea et ils avaient l'air de s'être reposés suffisamment pour fuir et dormir ailleurs. Comme un voleur habile, il se glissa hors du lit, ramassa ses affaires qui traînaient un peu partout dans la pièce et s'habilla de manière complètement négligée dû à la hâte. Il hésitait à prendre une douche... puis il s'avisa. Le vagabond se dit qu'il n'avait pas besoin de prendre le risque de réveiller la jeune femme, il irait faire un dernier plouf au lac pour ensuite partir là où le vent l'emporterait. Raven ne tarda pas quitter la pièce quand il vit les signes post-réveil. 

MEEEERDE ! Il était dans la Merde ! Vite, une cachette ! Mais il avait l'air fin quand même à moitié dénudé dans le couloir... Heureusement qu'il n'y avait personne comme témoin ! Cela dit, le problème était qu'il n'y avait aucune cachette. Il était cuit. Puis, il regarda la porte voisine. Élise ! Le jeune homme espérait grandement qu'elle serait encore endormie comme ça, il resterait suffisamment de temps pour que l'autre pot de colle s'en aille pour fuir. En plus de cela, il aurait le temps de réajuster sa tenue. C'était donc, sans prendre la peine de frapper, qu'il entra et claqua la porte rapidement derrière lui. Voilà, il était débarrassé de l'autre hystérique. Il soupira doucement rassuré. 

« Raven ?! Qu’est-ce que tu fais là ? » 

Il se tendit en entendant la douce voix de la maîtresse des lieux. Il fit volte face et apprécia la vue dans un premier temps. La jeune femme n'avait pas encore terminé de lacer son corsage et ne s'était pas encore coiffé. Cela dit, ça lui donnait un côté sauvage très très sexy ! Il ne manquait plus qu'un fouet et du cuir et le vagabond accepterait de se soumettre à tous ses caprices. 

« Hum...Raven ? » 

Mais mais mais... C'était bien la voix qu'il essayait de fuir ? Pourquoi il arrivait à l'entendre ? L'artiste regarda le mur qui séparait les deux chambres. C'était quoi ce truc ? Un mur ou du papier ? Cette auberge connaissait l'intimité ou... ? Raven regarda de nouveau la jeune femme et baissa le regard gêné. Merde, elle avait du coup tout entendu hier ! Et puis, si elle avait tout entendu donc techniquement tout ce qu'il dirait l'autre pourrait l'entendre. Comment il devait se justifier à Élise sans parler ?! Se sentant tenir comme un funambule sur un fil, il mima à la jeune femme face à lui de se taire, tout en la suppliant en rapprochant les deux paumes de ses mains, l'une à l'autre. Il prononça doucement, le plus possible : 

« Pitié » 

« J’espère pour toi que tu as une bonne raison de débarquer ici à l’improviste » 

Raven soupira. Putain, dans quelle mouise il s'était encore fourré... Tant qu'à faire, elle ne voulait pas crier qu'il était clairement en train de la violer et puis c'était réglé non ? Quoique, c'était pas si bête comme idée ça... Il briserait certainement le cœur de l'autre mais au moins elle n'espérerait rien de lui et elle pourrait passer à autres choses. Faire sa vie avec un autre, tout ça. C'était donc tout naturellement que le jeune homme fit face à Camylia : 

« J'avais promis de passer un peu de temps avec toi, après tout. Alors, je viens rattraper mon absence de cette nuit ! » 

D'un coup, le couple entendit une tempête venant de l'autre chambre. L'autre nana n'allait pas tarder à arriver comme une furie, vérifier ce qu'elle avait cru entendre. Il fallait donc jouer la comédie. Raven profita de la tenue désordonnée de la rousse et de la sienne pour jouer sur les consciences de l'assistante. Avec agilité, l'artiste se rapprocha de la jeune femme, l'attira doucement vers lui et avant même qu'elle ne parle ou réagisse, il souffla à son oreille : 

« Je te promets de ne pas être incorrect, fais moi confiance... »

Puis, pour la deuxième fois de la journée la porte s'ouvrit à la volée sur l'assistante, enroulée dans ses draps. Ce qu'elle vit lui fit écarquillée les yeux et les larmes s'écoulèrent sur ses paupières. L'homme avec lequel, elle avait passé une nuit inoubliable et à qui elle voulait se lier pour la vie, était déjà dans les bras d'une autre avant même que leur histoire d'amour ne commença. La chevelure bleutée qu'elle avait aimé caresser, était logé dans le cou de cette sale rouquine, marquant sûrement sa peau alors que même à elle, il n'avait pas fait ça ! Les larmes aux yeux, elle n'avait plus de voix. Puis Raven lui brisa le cœur définitivement quand il fit un geste de main pour la dégager de la chambre... 

« Pourquoi ? Pourquoi elle ? » elle cracha avec haine : « Je suis bien mieux rouler qu'elle et avec un visage plus joli qu'elle ! » 

Raven sentit Élise se tendre et il devait l'avouer, il n'aimait pas quand deux femmes s'en prenaient l'une à l'autre sur des critères aussi... banals ! Il se releva et lui lança un regard froid et déclara simplement (tout en gardant la rouquine dans ses bras). 

« C'est exactement ça, tu es tellement dans une attitude de plaire physiquement que tu es juste bonne à baiser ma chère. Même ton prénom, tu ne me l'as pas donné. T'es juste la nana bien roulée que j'ai baisé. Alors qu'elle... » Raven la regarda avec un petit sourire tendre : « C'est Élise et qui n'est pas si accessible. » Il caressa la joue griffée. « Mais qui a une belle âme. » 

Il refourra son nez dans le cou de la jeune femme dans ses bras.

« Bon à part ça, tu déranges. »

« CONNARD !!! »

Au final, l'assistante sortit pour rejoindre sa chambre tout en le traitant par tous les noms de oiseaux et en pleurant toutes les larmes de son corps. Raven soupira longuement... Il n'aimait pas faire du mal à une femme. Mais des fois... Elles abusaient sérieux ! Le vagabond se dégagea des bras de sa chère Élise et garda les yeux par terre, attendant une gifle. Il devait le reconnaître, il s'est fait passer pour un énorme goujat, surtout aux yeux d’Élise. Du coup, il était tout à fait normal qu'il se prenne une paire de claques. Du coup, il attendit sa sentence mais il présenta tout de même ses excuses, tout en chuchotant pour que la jeune femme à côté ne se rende pas compte de la supercherie. 

« Je te demande pardon, Elise, de t'avoir embarquée là-dedans... » 

Puis avant même qu'elle le mette dehors, il demanda avec une petite voix : 

« Tu me permettrais d’emprunter ta salle de bain ? Promis, après je disparais, comme par magie.(HJ/ Moi ? Faire de la provocation ? Noooooon ! u_u) Tu ne me verras plus. »

Il avait cruellement besoin d'une douche. Avec elle, ça serait encore mieux mais... Vu ce qu'il s'était passé, c'était même pas la peine d'espérer ! 

HJ/ Après ce post, je l'annonce officiellement : Raven est un gros .... u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Mar 20 Sep - 14:24

Camylia fronça les sourcils au mensonge de Raven, parce que ce ne pouvait être qu’un mensonge quand on entendait la voix inquiète de la jeune femme de l’autre côté du mur. Il n’avait tout de même pas …fuit devant l’adversité ?
Sérieusement ?
Mais avant que la guerrière ait pu faire quoique ce soit d’autre, le jeune homme s’approchait de nouveau d’elle :

« Je te promets de ne pas être incorrect, fais moi confiance... »

Que cherchait-il ? N’entendait-il donc pas les pas furieux de la demoiselle abandonnée qui venait par ici ?
Ici ?
Merde !
Ici !
Pourtant Raven ne la lâcha pas et il était à présent trop tard. Quelle que soit la vérité, Camylia comprenait tout à fait qu’il était difficile pour la dame de concevoir une autre idée de ce qu’elle semblait s’imaginer. Le spectacle qu’ils offraient était trop suggestif pour laisser songer à autre chose.  A moitié déshabillée, l’artiste dans la même tenue et collés-serrés…même en niant l’évidence, il faudrait être sacrément potiche pour se laisser berner.
C’est en voyant les larmes monter aux yeux de la jeune femme que la chasseuse songea qu’il était temps de mettre fin à cette mascarade. Elle s’apprêtait d’ailleurs à se dégager de lui lorsque ce dernier lui envoya un signe de profond dédain qui la marqua violemment :

« Pourquoi ? Pourquoi elle ? » elle cracha avec haine : « Je suis bien mieux rouler qu'elle et avec un visage plus joli qu'elle ! »

Ok ! Alors là, elle allait la buter !
Camylia se tuait à la tâche chaque soir, chaque jour pour chasser et condamner des créatures magiques qui lui pourriraient la vie autrement. Elle se dévouait corps et âme pour une cause que bien des gens oubliaient. Elle risquait sa vie pour que des écervelées dans son genre puissent se faire prendre sans ménagement en toute confiance par le premier inconnu qu’elles trouvaient à leur gout et en guise de remerciement : elle la dénigrait ?
Est-ce à l’odieux connard qu’il fallait s’en prendre, ou à celle qui n’avait rien demandé lorsqu’on se faisait tromper ? Pouvait-on seulement parler de tromperie quand… :

C'est exactement ça, tu es tellement dans une attitude de plaire physiquement que tu es juste bonne à baiser ma chère. Même ton prénom, tu ne me l'as pas donné. T'es juste la nana bien roulée que j'ai baisé. Alors qu'elle...

Voila ! Ils ne connaissaient même pas mutuellement leur prénom !

« C'est Élise et qui n'est pas si accessible. » Il caressa la joue griffée. « Mais qui a une belle âme. »

Camylia lui jeta un regard noir : Ose encore une seule fois me toucher ainsi et je t’étriperais pour te faire bouffer tes organes ! Semblait-elle lui dire sans même bouger les lèvres. Toutefois le garçon ne parut pas s’en apercevoir et dirigea le bout de son nez vers son cou.
Tu vas mourir Raven, tu es au courant ?

« CONNARD !!! »

La mercenaire hocha la tête, tout à fait d’accord avec les propos de la demoiselle et le repoussa fermement pour l’aider à s’écarter. Oh joli bonhomme, tu allais sérieusement regretter le jour ou Elise pourrait enfin faire place à Camylia…

« Je te demande pardon, Elise, de t'avoir embarquée là-dedans... »

Qu’il essaie donc de lui faire croire ce qu’il veut, mais la chasseuse n’était pas comme ces crétines qu’il avait l’habitude de séduire et elle ne tomberait pas aussi facilement dans le panneau que toutes les autres. La bataille serait bien plus difficile !
Le dévisageant froidement, elle se rapprocha un peu de lui comme pour le détailler un peu plus.
La gifle qui résonna dans la pièce aurait pu faire rougir de honte un maitre sadomasochiste :

-Celle-ci s’était pour m’avoir fait subir tout cela sans me demander mon avis.

Une nouvelle gifle tonitruante vint se loger sur l’autre joue afin qu’une douleur cuisante lui chauffe les deux côtés du visage :

-Et celle-ci pour ta lâcheté. Que les choses soient claires, je ne te servirais plus jamais d’excuses !

Le visage de l’homme commençait doucement à se colorer, mais pas de honte. D’ici quelques minutes, la trace des mains de Camylia seraient parfaitement lisibles. Ses yeux lançant toujours des éclaires, la jeune femme réajusta son corset et désigna du menton la salle de bain :

-Fais ce que tu veux, tu ne sembles de toute façon pas très soucieux de mon avis !

Et elle se retourna, mettant fin à la conversation avant qu’elle ne se décide à changer ses gifles en étranglement. Ses mains tirèrent sèchement sur ses affaires, mais Camylia ne s’en souciait guère, la fébrilité de ses gestes pouvait tout à fait faire croire à un excès de colère. Ses mouvements devinrent néanmoins plus sûrs lorsqu’elle se coiffa et une tresse serrée orna bientôt sa chevelure rousse.
Une fois seule dans la chambre, la guerrière rangea soigneusement ses armes, soulagée que l’artiste n’ait pas vu tout cet attirail. Qu’aurait-il pensé en voyant épée, fouet et autre dagues en sa possession. Autant crier : « je suis une mercenaire qui tue les rebelles ! »
Bien, elle était prête !
Ajustant une dernière fois sa tenue, la chasseuse jeta un dernier regard à la porte de la salle de bain. Le pire dans cette histoire, c’est qu’elle n’avait toujours pas obtenu les informations qu’elle voulait et ne pouvait donc le quitter ou tuer (rayer la mention inutile) avant cela…
Elle soupira, puis sortie de la chambre sans chercher à être silencieuse. La conquête avait eu une réaction trop spontanée pour être une comédienne et elle doutait fortement que quelqu’un prenne contact avec lui dans sa propre chambre :

-Bonjour Ma’zelle !

Camylia hocha doucement la tête en guise de salut et commanda un petit déjeuner. L’énervement lui avait donné faim et elle sentait que tout cela ne serait que le début si elle commençait à voyager avec l’artiste, mais encore faudrait-il réussir à le convaincre de l’emmener avec elle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Ven 23 Sep - 20:50

Raven mentirait s'il disait qu'il ne s'attendait pas à la première claque qu'il se prit. C'était bien pour cela qu'il ne pipa mot et qu'il l'acceptait volontiers. Il avait été un bel enfoiré avec les deux jeunes femmes donc bon... Mais pour lui, valait mieux être le plus bel enfoiré du Royaume que celui qui profiterait de l'innocence d'une femme juste pour s'amuser d'elle, lui faire espérer mondes et merveilles pour ensuite la jeter comme une malpropre... Par conséquent, le voleur de cœurs préférait assumer ce côté complètement goujat mais au moins, il avait sa liberté !

« Celle-ci s’était pour m’avoir fait subir tout cela sans me demander mon avis. »
 
Comment ça, celle-ci ? Ne dites pas que... Ah bah si. Une nouvelle gifle tonitruante lui fit voir l'autre côté de la pièce. Bon, comme ça pas de jalouses entre les deux joues... Elles étaient aussi rouge l'une que l'autre maintenant ! Et qu'est-ce que ça lui faisait mal ! Le bonhomme ressentait une douleur cuisante sur les deux côtés de son visage. Raven roula des yeux. Bon, d'accord, il lui accordait la deuxième juste parce que c'était Élise et qu'elle n'avait vraiment pas l'air d'être une fille à chercher ce genre d'emmerde. Cela dit, elle avait une de ses forces pour une jeune fille frêle, la vache !


« Et celle-ci pour ta lâcheté. Que les choses soient claires, je ne te servirais plus jamais d’excuses ! »

« Entendu » soupira t-il.

Que pouvait-il répondre à cette deuxième accusation ? Quoiqu'il n'était pas un lâche, mais juste un bel enfoiré ! Le jeune homme préféra tout de même garder le silence vu que la jeune femme avait l'air plutôt en rogne contre lui. De plus son visage le lui rappelait de manière radicale par les brûlures qu'il ressentait et il pariait que les mains d’Élise devaient être très bien marquées sur sa peau blanche. Bon, pour ce qui était de la deuxième partie de sa phrase, le vagabond était tenté de la rassurer car d'ici quelques heures, ils se sépareraient et ne se reverraient certainement plus jamais alors bon... 


« Fais ce que tu veux, tu ne sembles de toute façon pas très soucieux de mon avis ! »

Trop biiiiien !!! L'homme, toujours à la recherche d'affection, lui aurait fait un grand câlin et un bisou mais... S'il le faisait, il sentait que le prochain coup aller lui atterrir sur ses bijoux de famille. Et comme Raven tenait grandement à cette partie de son anatomie... Il décida donc de s'abstenir tout simplement. Histoire de ne pas paraître plus goujat que goujat, il la regarda faire attendant un regard pour lui pour lui parler. Ou du moins, essayer de s'excuser encore une fois. Mais, il remarqua les tremblements d'émotions qui la secouait puis elle persistait à lui tourner le dos, montrant qu'elle était ferme dans sa position. Élise ne voulait plus l'entendre. Du coup, l'artiste soupira et se dirigea vers la salle d'eau, tout en se déshabillant sur le trajet. Il laissa l'eau lui détendre les muscles de sa soirée torride et se savonna pour enlever la sueur de l'effort, laissant la jeune femme à ses occupations...

Une fois tout frais, le bel homme se rhabilla et soupira d'aise. Il se sentait revivre, bien que légèrement courbaturé après les efforts et le spectacle de la veille. Raven sortit donc de la chambre de la belle Élise pour se prendre une nouvelle droite. Maaaaaieeeeuh ! Qu'avait-il fait pour mériter... ? Il reporta son regard dur sur la personne qui l'avait frappé, s'apprêtant à lui râler dessus quand il vit que c'était le visage larmoyant de l'assistante. Bon d'accord. Cette claque était aussi méritée. C'était donc pour cela que le jeune homme prit la décision de ne rien dire et d'accepter ce deuxième round de claques. Mais au bout d'un moment, il se sentit très vite agacé.
Se prendre des claques, d'accord. C'était rapide, efficace et on en parlait plus. Mais l'insultait en continue et de manière bruyante, tout en le suivant comme un toutou, dans les escaliers. Raven roula des yeux, tout en soupirant. C'était exactement pour cela qu'il préférait fuir qu'avoir une relation stable avec une femme. Ce qu'une nana pouvait être chiiiiante quand elle s'y mettait...

Se moquant de l'image que le duo renvoyait aux autres et notamment du regard d'autrui, il poursuivit son chemin et décida de ne pas prendre de petit-déjeuner. Si c'était pour supporter la voix stridente et désagréable de la jeune femme, tout le long de son repas, alors il s'en passerait. le jeune homme préférait encore entendre son estomac râler dans le silence de la nature que subir une migraine. Une fois arrivé en bas, Raven salua le maître des lieux comme si la râleuse derrière lui n'existait pas et se saisit d'une pomme. Il porta son regard sur la salle et y vit la belle rouquine savourant son petit déjeuner. Alors il lui fit un clin d’œil et déclara :

« C'était un plaisir de t'avoir rencontré, Élise ! A la revoyure ! »

« Tu entends quand je te parle ? »

Raven se tourna vers la voix et regarda l’ex-assistante. Et avec toute sa délicatesse d'homme, il déclara :

« Absolument pas, j'ai décroché dans les escaliers. Cela dit, ravi de notre soirée ! A la revoyure ! »

Il finit ses propos par un sourire et il s'en alla, tout en croquant dans sa pomme. L'artiste était sûre de les avoir laisser sur le cul et qu'est-ce qu'il adorait ça ! Surprendre son public ! C'était le sourire aux lèvres que le jeune homme se mit en route pour... là, où ses jambes l’emmèneraient. Toutefois, à la limite de la zone du Lac, le vagabond s'arrêta pour profiter de la beauté du paysage. Il y avait une grande praire toute verte et tellement belle ! En plus, avec le beau soleil de la journée... Raven se laissa tomber sur la verdure et décida de se reposer. La nature l'apaisait. Elle l'apaisait tellement d'ailleurs que le pauvre homme, en manque de sommeil, finit par s'endormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Lun 26 Sep - 16:26

Camylia grignotait tranquillement le repas qui lui avait été apporté par le gérant de l’auberge. Loin d’être seule, la jeune femme en profita pour promener son regard sur les quelques matinaux présents dans la pièce qui prenaient des forces avant le moment fatidique où il faudrait partir travailler. En tendant l’oreille, la jeune femme constata d’ailleurs qu’elle n’avait pas été la seule à peu dormir cette nuit là. Finalement, tout cela coulait de source. Si les murs juxtaposant les chambres de Raven et Camylia étaient aussi épais que du papier, il en était de même pour le reste du bâtiment…
La guerrière n’avait donc pas été l’unique témoin des ébats chahuteurs de cette nuit et quelque part, se sentit un peu moins seule.
Pourtant, à sa grande surprise, les hommes qui en discutaient ne semblaient pas réellement agacés par l’interruption de leur nuit. Certains abordaient même un sourire salace et murmuraient qu’ils étaient bien plus faciles de s’offrir des petits plaisirs solitaires pendant ce genre d’évènements que lorsque le silence vous vrillait les tympans.
Les hommes… tous les mêmes !

Perdues dans ses propres réflexions, se doutant que le jeune homme serait obligé de passer par ici s’il voulait quitter les lieux, la chasseuse su bien avant de le voir que l’étalon de la nuit arrivait. Elle grimaça malgré elle. Qui dans ce monde trouvait agréable d’hurler de sa petite voix perçante dès le matin ? Etait-elle sérieuse ? Elle voulait se mettre tout le reste de l’auberge sur le dos en réveillant ceux qui avaient eu une dure journée la veille ?
Fais gaffe ma cocotte, on dirait bien que la vie a été fort tendre avec toi et tu risquerais de tomber de haut. Avisant le duo, Camylia songea que « l’assistante » était probablement en train louper la première marche de l’escalier et venait tout juste de sentit le froid douloureux de cette dernière en se rendant compte que n’importe quel homme ne ferait pas office de prince charmant…aussi charmant soit-il !
Elle soupira. Ainsi soit-il s’il s’agissait la de la première gifle que lui assenait le monde réel :

-« C'était un plaisir de t'avoir rencontré, Élise ! A la revoyure ! »

La mercenaire haussa un sourcil, mais à quel jeu jouait-il ? Pourquoi insistait-il autant auprès de sa personne ? La plupart des gens tentaient plutôt de l’oublier le plus rapidement possible, et de se passer de sa présence plus prestement encore. Etait-ce une façon de la narguer ? Une petite boutade version rébellion ?
Rah ! Elle détestait ces incertitudes !

Cependant l’homme était déjà parti et Camylia se résigna à faire de même. Sa mission n’était pas tout à fait terminée. Elle n’avait aucune preuve d’un côté comme de l’autre qu’il pouvait être ennemi du roi.
C’est donc à gestes vifs bercés par l’habitude que la jeune femme alla voir Kerstas. Le meilleur compagnon que ce monde ait pu lui offrir tourna la tête à son arrivée et dressa les oreilles. Si sa maman n’aimait pas la foule, lui n’aimais guère rester dans une stabulation. C’est donc avec joie qu’il sortie de l’écurie et marcha derrière sa maitresse qui demeura à pied. Il était hors de question de le monter maintenant, elle n’avait pas envie de se battre avec lui pour qu’il reste au pas et dès lors qu’elle serait juchée sur son dos, deviendrait trop voyante.
La guerrière finit par retrouver sa cible et l’observa de loin, laissant son camarade brouter avec joie les brins d’herbe qui en toute honnêteté, avaient l’air appétissant. Il lui serait difficile de trouver une excuse à sa présence, mais qu’importe, Camylia ne pouvait bouger tant que Raven ne se mettrait pas en mouvement lui non plus.

HJ/ Rp qui sert à rien ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Jeu 29 Sep - 15:29

Non loin du lac, il y a avait une belle et verte pelouse qui se courbait élégamment avec le vent. Les insectes virevoltaient, les pollens se laissaient transporter par le vent à la recherche d'une plante mâle à féconder et le vent faisait froisser les branches et les feuilles des quelques arbres du lieu. Dans ce spectacle, une jeune homme innocemment allongé, profitait de la nature. De loin, on pouvait penser qu'il se prélassait et profitait de la beauté de la nature et du lieu mais quand on s'approchait, on se rendait compte qu'il dormait profondément, les poings fermés tel un enfant. 

Une fois que le soleil bien au zénith, le jeune homme se tourna sur son flanc gauche, tout en marmonnant quelque chose et il ouvrit un œil. Il trouvait son lit super dur tout à coup. C'était plus aussi confortable qu'au début de son sommeil et il comprit pourquoi en jetant un œil autour de lui. Le vagabond se redressa tout en se frottant les yeux et bailla à s'en décrocher la mâchoire pour enfin s'étirer. Raven se mit à réfléchir un court instant à ce qu'il allait faire à présent. Puis, il vu à un dada avec une jeune femme qu'il reconnut comme étant Élise. Il se leva avec élégance pour partir à sa rencontre : 

« Eliiiiiise ! » 

Il essaya d'attirer l'attention sur lui et s'approcha d'elle avec son sourire innocent. Une fois arrivée près d'elle et de son cheval, il caressa l'étalon qu'il trouvait fort sympa et un peu je m'en foutiste... Comme lui, en fait. L'artiste sentait qu'il allait bien s'entendre avec ce cheval ! 

« Où allez-vous ? Vous partez déjà  ? » 

Il la regarda dans les yeux et se rappela des deux gifles. C'était d'ailleurs pour cela qu'il posa sa main sur sa joue. Raven se sentait un peu gêné vis-à-vis d'elle et il aurait bien voulu reprendre sur des bonnes bases. La jeune rousse avait l'air toute gentille en plus... Il lui fit face et proposa, un petit peu embarrassé : 

« Je peux vous proposer de vous accompagner jusqu'au prochain village, histoire de me faire pardonner ? »  

Il avait envie de se mettre en position défensive, ses mains devant son visage pour ne pas se prendre une autre claque mais, en soit, il ne demandait rien d'indécent donc... Le bel homme resta droit tout en sortant une pomme de sa sacoche qu'il tendit au dadou ! Elle était pour qui la belle po-pomme, toute rouge et toute juteuse ? Mais ça à condition d'être un gentil chevaaaaal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Jeu 29 Sep - 17:08

Le soleil continuait doucement sa course dans le ciel, réchauffant le monde de ses chaleureux rayons pendant que tout à chacun vaquait à ses occupations quotidiennes, plus ou moins utiles. Camylia faisait d’ailleurs parties de ceux qui n’apportaient en ce moment pas grande contribution par leur présence. Assise depuis plusieurs heures le long d’un arbre, elle patientait avec autant de calme qu’elle le pouvait. Sa cible s’était effondrée, vidée de sa nuit précédente et n’esquissait pas le moindre geste depuis tout à l’heure.  Si la guerrière était arrivée plus tard, elle aurait pu le croire mort... sans pour autant le regretter.
Kerstas n’était quant à lui pas du tout gêné par cette nouvelle manière de procéder et se repaissait avec bonheur de l’herbe grasse qu’il trouvait sous ses sabots.

Enfin, un geste attira son attention. Le bougre s’éveillait et ne tarderait pas à l’apercevoir. Bien ! Il était temps de se mettre en place. Lui tournant le dos, veillant sur son cheval qui se contentait de brouter depuis plusieurs heures, Camylia fit mine de ne pas avoir vu la silhouette du jeune homme étendue dans l’herbe haute :

« Eliiiiiise ! »

Feignant un sursaut, la demoiselle se retourna et observa avec surprise Raven venir à sa hauteur. Après les gifles qu’elle lui avait assenées, la chasseuse ne s’attendait franchement pas à ce qu’il revienne vers elle. Etait-il un peu maso ? Pour cette fois et cette fois seulement, elle prit la décision de ne pas s’en plaindre. Qu’il soit ainsi de retour à ses côtés l’arrangeait…bien plus qu’il ne l’imaginait. C’est donc avec circonspection qu’elle l’observa, comme si elle se méfiait toujours de lui et de ses coups fourrés, puis haussa finalement les épaules :

-Pourquoi pas? Kerstas n'a pas l'air de te considérer comme une menace alors... le temps passera plus vite comme ça.

Et se relevant comme elle pu avec sa robe et ce corsage trop serré pour qu’un humain digne de ce nom accepte de son plein gré une telle torture, elle se mit en marche, préférant rester à hauteur de l’homme qu’elle avait sous surveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Jeu 6 Oct - 22:32

Raven appréciait vraiment la monture d'Elise. Il était drôlement beau et... Bon d'accord, il adorait câliner les animaux. C'était tout dooooooux !! Il avait de la chance de tomber sur un gentil dadou qui ne le mordait pas. C'était bien pour cela que sans aucune gêne, le vagabond se fit un petit plaisir en glissant ses mains dans ses doooooooux poils et il songea à sympathiser un peu avec le bel étalon ! Si l'animal l'aimait, la maîtresse devrait être plus encline à pardonner, non ? 

« Pourquoi pas? Kerstas n'a pas l'air de te considérer comme une menace alors... le temps passera plus vite comme ça. » 

Qu'est-ce qu'il disait ?! Il sourit à la jeune femme et en gentleman, il tendit sa main pour l'aider à monter sur le dadou. Avec sa robe, ça devait sûrement pas être très pratique pour elle et il n'allait pas permettre qu'une jolie demoiselle se fatigue les pieds par la... Raven se redressa et resta perplexe. Il venait de se prendre clairement un vent, non ? En effet, la jeune femme n'avait pas fait sûrement attention à son invitation car elle avait déjà pris les devants, en se mettant en route. Une fois la surprise passée, le bonhomme se mit en route derrière la jeune femme, les bras derrière la tête, pensif. 

« Vous êtes sûre de vouloir faire la route à pied ? Je peux vous aider à monter Kerstas si vous le souhaitez... ».  

Bon, il se doutait qu'il se ferait remballer mais au moins, il aurait été un minimum galant. Cela dit, il y avait un truc qui lui échapper sur cette nana... Elle paraissait si fragile mais en même temps, coriace quand elle voulait. A dire vrai, il était vraiment curieux de savoir comment elle avait eu ses cicatrices sur son doux visage. Parce que cela n'échappe à personne et Raven avait bien remarqué les regards des gens à son égard. Malgré cela, elle avançait la tête haute. Bon, il avouait que lui il s'en foutait et la preuve était qu'elle était une jeune femme très sympathique. Elise intriguait plus que tout le pauvre homme. 

« Vous êtes venu au Lac juste pour le festival ? Pourquoi avoir fait autant de chemin seule ? ». 

Il n'aimait pas le silence, alors il se sentait obliger de lancer la conversation. Bien évidemment, il n'avait pas oublié l'épisode de la veille... Il devait faire attention à ne pas se montrer trop curieux, sinon elle allait se fermer comme une huître et il finirait par monologuer tout seul. De ce fait l'homme n'insista pas et poursuivit sans attendre vraiment de réponse : 

« Question peut-être un peu trop indiscrète, en fait. Sinon, vous avez dressé cet étalon ? » il prit une pause et tout en regardant dans le vide : « C'est rare qu'une femme soit cavalière, alors qu'elle arrive à dresser un cheval... ». 

Raven se rendit compte de ce qu'il disait quand il vit un regard très évocateur sur sa personne et interprétant cela de la pire des manières, il se défendit : 

« Je ne veux pas dire que c'est impossible pour une femme de faire ça ! Je suis macho mais pas à ce point ! >_< ». 

C'était donc tout naturellement qu'il ajouta : 

« Je dois dire que vous avez fait un excellent travail !! Mais, je suis curieux de savoir pourquoi ne pas envisager une carrière où ce talent soit exploité ? ». 

Petite pirouette et voilà ! Enfin, il espérait s'en sortir sans trop de dommages ! 

HJ/ Après ce post, je déclare que la connerie de Raven n'a pas encore atteint le fond ! Enfin, il y était mais il creuse toujours, donc à croire que c'est possible -_-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Lun 10 Oct - 19:59

Camylia lui jeta un regard en coin. Un vêtement avait-il donc autant d’influence sur l’opinion d’une personne ? Habituellement habillée de cuir souple et armée jusqu’aux dents, la jeune femme faisait fuir les gens et se voyait encore moins proposée de l’aide – quelle qu’elle soit- par ses rares interlocuteurs.  Or, à présent vêtu d’une simple robe de femme du peuple, elle avait l’impression d’être traitée comme une pièce de cristal, comme si on craignait de la briser en la bousculant un peu plus que la bienséance ne l’exigeait. Cette expérience était pour le moins déroutante :

-Je ne suis pas en sucre tu sais ? Mes pieds survivront à un peu de marche.

Pensait-il réellement qu’elle ne pourrait le faire ? La mercenaire savait avoir un mode de vie plutôt loin des convenances et encore moins des habitudes, mais toutes les femmes n’étaient pas à ce point handicapée tout de même ! Pourtant, déjà son interlocuteur changeait de sujet et il toucha un aspect délicat de sa mission. Sa couverture !
En vérité, la guerrière était loin de s’être imaginée dans pareille situation avant la veille. Il avait été pour elle, hors de question de l’approcher : encore moins de rentrer en contact avec lui et elle avait eu peu de temps pour réfléchir à une histoire qui tienne suffisamment bien la route pour ne pas intriguée, mais suffisamment banales et ennuyante pour ne pas amener d’autres interrogations. Elle haussa les épaules :

-Je viens d’un petit village où il ne se passe pas grand-chose et où il y a encore moins de monde. Je voulais participer aux festivités, mais le reste de ma famille ne pouvait pas s‘absenter. Il faut tout de même s’occuper de la ferme, alors j’y suis allée seule.

Bon d’accord, ce tissu de mensonge était mal habile et peut-être peu convaincant, mais Camylia ne possédait une imagination fertile que lorsqu’il s’agissait de traiter les créatures magiques. Les histoires…on ne pouvait pas vraiment dire que c’était son truc !

« Question peut-être un peu trop indiscrète, en fait. Sinon, vous avez dressé cet étalon ?  C'est rare qu'une femme soit cavalière, alors qu'elle arrive à dresser un cheval... ».

Pardon ?
Euh…

-Pourquoi penses-tu que je l’ai dressé ?

Ha stop ! Stop tu peux peut-être avoir une bonne idée qui germe ! Quel genre de fermiers posséderaient des montures telles que Kerstas ?! Car il ne fallait pas être d’une grande intelligence pour se rendre compte que le loulou n’était certainement pas le genre de cheval qui l’on attelait dans les champs…

-Il vient de l’élevage des mes parents. Nous sommes tous cavaliers et éleveurs.

Pieu mensonge ! Mais il pourrait au moins la questionner tout son soul sur la question de l’équitation, cela lui serait bien plus simple que bien d’autres sujets :

-Kerstas est l’un de nos reproducteurs, partir en ville avec lui permet d’attirer un peu l’œil d’éventuels acheteurs… et de nous faire un peu de pub. Après… un étalon ne nécessite pas de dressage particulier, pas plus que les autres en fait. Comme pour tous les autres chevaux il faut savoir poser un cadre sécurisant et assurer la place de dominant.

Elle pointa du doigt le cheval qui releva les oreilles vers elle :

-Et puis certains ont des caractères plus faciles que d’autres. Kerstas aime faire plaisir à ses maitres et il a soif d’apprendre. Ce n’en est pas pour autant un cheval de dressage pur. Il ne connait pas les figures de haute école.

Camylia referma la bouche, finalement lui parler d’équitation pouvait s’avérer dangereux car elle serait tenter d’en dire bien plus que prévu et pourrait fort bien se planter une lame dans le pied toute seule…
Elle se racla la gorge :

-Et toi ? Tu ne vis que de tes spectacles ? C’est suffisant ? Tu n’as pas d’autres activités, de loisirs ?

Ou comment tâter le terrain de façon totalement foirée pour savoir s’il servait la cause rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Jeu 20 Oct - 12:12

Raven était vraiment fier de lui. Il venait de faire la chose la plus incroyable de toute son existence. Il avait eu un départ difficile avec Élise et vraiment, c'était pas une nana facile. Mais il l'avait fait ! Il l'avait fait parlé !! Et ouais, il avais réussi son Challenge ! C'était qui le mec le plus talentueux avec les filles ? Et bien, c'était lui ! Intérieurement, Raven faisait la danse de la victoire et de façade, il écoutait attentivement, avec un sourire bienveillant, les propos de cette chère Élise. Schizophrénie ? Si seulement vous saviez... 

Cela dit, elle s'y connaissait en dadou quand même !! Mh ? " faire plaisir à ses maitres (...). A sa maîtresse ouais ! Ca ne l'étonnait pas, pour une femme aussi sexy qu'elle, lui aussi accepterait de lui faire plaisir ! Mh ? " dressage" . Il connaissait un truc qui se dresserait direct à son contact tiens ! Raven se secoua la tête pour chasser les idées saugrenues qui arrivait dans sa petite tête. Parce qu'il connaissait une bête à dresser sous sa ceinture et oh ouaaaaais, il allait faire plaisir à sa maitresse. 

« Et toi ? Tu ne vis que de tes spectacles ? C’est suffisant ? Tu n’as pas d’autres activités, de loisirs ? » 

Oh l'orgasme ! C'était trop le pied ça. Élise demandait des choses sur lui ! S'intéresserait-elle à lui ? Sa tête et son ego continuait de grossir comme un ballon. Raven l'annonçait et le prouvait encore une fois qu'il était le boss du game ! Le vagabond avait un sourire idiot sur le visage, un sourire rêveur... Mais il se posa une question, bon c'était vrai qu'il la trouvait super sympa cette Élise mais... Il s'en voudrait de la faire tomber amoureuse et de partir en voleur comme avec le jeune femme de l'auberge. Cela dit, il serait plus compliqué de faire tomber la miss amoureuse de lui... Donc Raven n'avait absolument rien à craindre.

« On peut dire ça oui. Mes spectacles et ma vie de vagabond me permettent de profiter de ma vie et ça me comble parfaitement. Comme autre loisir... » il lance un regard taquin « La baise, je dirais. » 

S'il se prenait une claque, il comprendrait vraiment. Mais c'était parti tout seul. Il était tellement à l'aise avec elle que tout ce qui lui passe par la tête sort. Du coup, il oubliait qu'il avait des neurones. De plus, le coquin sentait qu'il n'avait pas besoin de se cacher derrière une façade et faire attention à ce qu'il disait etc. 

« Donc oui, on peut dire que je ne vis que de mes spectacles sauf quand je suis en prison quoi. » 

Bon autant être honnête jusqu'au bout, non ? Il préféra s'arrêta là mais si elle insistait à savoir les raisons alors il lui répondrait avec sincérité. Mais si, elle ne cherchait pas à creuser alors il ne dirait rien. La balle était dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Mer 26 Oct - 11:39

Camylia fronça les sourcils « On peut dire ça ? » Ne vivait-il donc pas uniquement de ses spectacles ? La rébellion rémunérait-elle ceux qui participaient à leurs escapades mortelles ? Ses réflexes de guerrière exigèrent  de prendre les armes, juste pour être rassurée fasse à un éventuel membre de la pire organisation qui soit. En revanche, l’affirmation qui suivie lui fit perdre contenance. Euh… Il lui sortait ça comme ça ? Sans pudeur et sans gêne ?
Mais que se passait-il donc avec ce bougre ? Le comédien si mielleux avec les autres femmes pouvait s’avérer tellement…cru que c’en était déconcertant. La jeune femme était par ailleurs tellement interloquée qu’elle ne songea pas à le frapper. Sans compter que cette fois il ne l’insultait pas, se contentant simplement d’employer un langage familier qui était bien loin de respecter la préséance :

-La prison ? Tu es déjà allé en prison ? Pourquoi ?

En toute honnêteté, la mercenaire doutait que le jeune homme se révèle si rapidement. Quiconque sain d’esprit ne dévoilerait pas au premier venu qu’il participait à une vendetta contre le royaume, mais qui ne tente rien n’a rien n’est-ce pas ?


HJ/ Haaaaa c’est tout court et tout nul pardon U-U
Tu peux faire avancer les choses si tu veux, comme ça on pourra couper court à leur rencontre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Jeu 27 Oct - 11:14

« La prison ? Tu es déjà allé en prison ? Pourquoi ? »

Pourquoi avait-il ouvert sa gueule ?! Ça y est la ravissante demoiselle allait le prendre pour ce qu’il n’était pas. Un assassin, un voleur, une créature magique ou du moins un ennemi du Royaume. Cela dit, ce n’était pas complétement faux… Il était un ennemi du Royaume d’Ekiard. Il n’aimait pas la politique du souverain actuel. Mais bon, il se garderait de lui dire cela combien même il appréciait beaucoup la compagnie de la jeune femme, il ne lui délivrerait pas toutes ses pensées. Pas le premier soir enfin !

« Tu n’as pas à t’inquiéter, je ne suis pas une mauvaise personne. »

Le vagabond regarda la route devant lui et croisa ses bras derrière la tête. Il sentait le regard de la jeune femme sur lui et il supposait qu’il devait en moins lui répondre pourquoi…

« En effet, j’ai dû y aller quelques fois après quelques représentations que je faisais. »

Raven réfléchissait… Il ne savait plus combien de fois il avait été envoyé en prison, il avait perdu le compte. Il se souvenait juste de la première fois quand il était tout jeune, ça l’avait beaucoup marqué…

« Quant au pourquoi, je pense que tu as deviné. Mes spectacles ne plaisent pas forcément et très souvent, les gardes ont confondu illusions et magie. A chaque fois, on m’accusait d’être une créature magique ou d’être associé à la cause des rebelles du Royaume. »

Bon, là il sentait un regard bien insistant sur lui… C’était flippant. Elle l’accusait vraiment ou … ?? Raven la regarda dans les yeux et en voyant les griffes sur son visage se mit à songer. Si c’était une créature magique qui lui avait fait ça, c’était normal que celle-ci soit en accord avec la politique du roi. Lui-même l’aurait été. Mais il trouvait dommage que les autres créatures magiques payent le prix pour certaines personnes qui ont jadis créé la guerre et la désolation par abus de pouvoir. Le vagabond lui sourit avec amusement :

« Ne t’en fais pas, je suis juste un homme de chez humain ! Je fais juste des tours de passe-passe et je m’amuse à faire croire que c’est de la magie. »

Il roula des yeux.

« Je sais, tu vas me dire que je suis un gamin d’agir ainsi et de ne pas prendre en compte la menace du Royaume, etc. » en prenant un air grave « Mais au moins, ça me permet de vivre ma vie sans penser à des choses que je souhaite oublier… » puis avec un petit rire « De toute manière, je n’ai rien à perdre, hahaha »

Il continua de marcher, en silence, après ses propos. Il la laissait prendre un temps à réfléchir à ses propos. Raven savait qu’elle ne demanderait rien et qu’elle respecterait comme il avait respecté quand elle avait refusé de lui parler de ses griffures sur le visage. De plus, le prochain petit village n’était plus très loin. Elle pourrait alors reprendre son travail et vanter les qualités de son cheval aux fermierx du coin alors que lui reprendrait la route pour… là où ses pieds le porteraient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylia
Anti-mages
avatar


MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Sam 29 Oct - 16:33

Camylia haussa un sourcil. Pas une mauvaise personne ? Il couchait avec des femmes en leur faisant miroiter un avenir à deux, les larguait comme une vielle chaussette dès le lendemain en les humiliant publiquement, faisait de la prison et était plus que suspecté de fricoter avec les rebelles. Mais il – n’était- pas- une – mauvaise- personne ?
Mon œil !
Il avait surtout bien de la chance d’avoir une gueule d’ange !
Elle l’écouta pourtant en silence, constatant comme elle l’avait supposé que le bougre ne lui révélerait pas tous ses secrets sitôt la question posée. Dommage, cela aurait été tellement plus simple !

-Et pourquoi faire de la magie ? Admettons que tu ne savais pas que ça t’attirerait des problèmes, pourquoi remuer le couteau dans la plaie et apporter aux gens des souvenirs qu’ils préféreraient oublier.

Les magiciens c’est des méchants ! Bouh !

-Je veux dire qu’ils sont hors la loi. Quand ils ne sont pas rebelles et fomentent des attaques terroristes contre la couronne, ils parcourent les routes et détroussent les voyageurs qu’ils croisent en chemin.

Combien en avait-elle capturé comme cela ? Combien s’étaient fait avoir par la silhouette seule et encapuchonnée qui se promenait sur les routes à des heures tardives ?
Un certain nombre pour quiconque, bien trop peu pour la mercenaire. Toutefois déjà ils arrivaient en vu du prochain village. Mais du village, il n’en avait que le nom. Attiré par les festivités de la veille, la petite ville regorgeait de voyageurs plus ou moins hétéroclites. Il y avait certainement dans le lot des artistes itinérants tels que Raven, et divers marchands en tous genres qui tenteraient de refourguer leur camelote au premier venu. Le duo marcha encore un peu dans la ville, se frayant un passage parmi la foule lorsqu’un détail attira l’attention de la jeune femme.
Le geste était vif, précis et presque invisible, mais il n’échappa pas à l’attention de la mercenaire habituée à repérer les comportements suspects :

-Nous voila arrivé à bon port, reprit finalement Camylia, je ne sais pas si nous nous reverrons un jour…

Peut-être te feras-tu exécuter la prochaine fois que tu iras en prison :

-…mais je te souhaite une bonne journée et une bonne continuation.

Si tu n’es vraiment un vulgaire humain qui ne s’est pas placé sous la coupe de la rébellion.
Puis sans attendre, elle tourna bride pour suivre le chemin de l’homme qu’elle avait repéré. C’est un pouvoir bien pratique qu’avait là le voleur, mais elle avait distinctement vu l’objet d’un étal disparaitre pour se retrouver presque instantanément dans la main du malfrat.
Pauvre de toi, la guerrière t’avait vu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven
Rebelles
avatar

Masculin
Emploi ou situation : Illusioniste

MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    Sam 12 Nov - 12:52

« Et pourquoi faire de la magie ? Admettons que tu ne savais pas que ça t’attirerait des problèmes, pourquoi remuer le couteau dans la plaie et apporter aux gens des souvenirs qu’ils préféreraient oublier. » 

Raven écoutait l’argumentation de sa compagnie tout en réfléchissant à comment amener avec pédagogie sa pensée. Pour cela, il avait de besoin de savoir ce que pensait la jeune demoiselle à ce sujet. Le fripon comprit assez vite que c’était une jeune femme qui avait foi en la politique du roi. Mais en même temps, au fond de lui, cela le navra… Une jeune femme aussi agréable qu'elle ne pouvait soutenir cette politique de haine, si ? Mais en même temps pouvait-il la juger ? Les marques que portait Élise à vie étaient sûrement l'explication à sa pensée. Et le jeune homme ne pouvait lui en vouloir comme il en voulait aux autres, qui haïssent la différences juste par peur.

« Je veux dire qu’ils sont hors la loi. Quand ils ne sont pas rebelles et fomentent des attaques terroristes contre la couronne, ils parcourent les routes et détroussent les voyageurs qu’ils croisent en chemin. »

Hein ? Mais, mais, mais… Hein ? Mais ils n’étaient pas tous comme ça enfin ! C’était quoi cette généralisation ! Raven ne pouvait s’empêcher de la regarder éberluer par ses propos. (HJ/ ça me fait trop écho à une situation que j’ai vécu ! xD). Les elfes étaient des super pacifistes… Bon peut-être pas le groupe des « elfes noires » (HJ/ J’ai besoin qu’on check cette donnée !). Bon… Les seuls méchants dans cette histoire pouvait être les vampires mais ils ont besoin de sang pour vivre ! C’était similaire aux humains qui chassaient les animaux pour se nourrir ! Par contre ceux, comme elle le disait, détroussaient les voyageurs, c'étaient des vandales et des bandits… Et par ailleurs, nombre d'entre eux étaient des humains et ils s’amusaient à se faire passer pour des créatures magiques. Eux là !! Les plus gros connards de ce monde !! Eux, étaient des hors la loi !!!!

« Il y a toujours des bandits et ce ne sont pas forcément des… »

Mais euh… elle partait où là ? Il avait été si plongé dans ses pensées qu’il avait loupé un épisode ? 

« …mais je te souhaite une bonne journée et une bonne continuation. »

« Merci ? »

Mais la discussion n’était pas terminée enfin !! Maaaaaiiiiiiis !!! Il regarda autour de lui pour chercher un semblant de réponse et... En effet ils étaient déjà arrivés à destination en fait. Maaaaaaiiis quand même !!! Jamais encore une femme l’avait laissé en plan comme ça… Il était perplexe. Trop perplexe. Raven se sentait vraiment étrange. Il était frustré… Il voulait encore entendre sa voix et discutait !!!! Il passa sa main sur son visage et soupira un bon coup pour ensuite se mettre à rire d'un coup. Élise… Cette chère Élise… Il allait la retrouver un jour ! Et il finirait sa discussion avec elle ! Et puis qui savait… Peut-être y aurait-il plus que de la discussion… héhé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Proie ou Prédateur ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Proie ou Prédateur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Ekiard ::  :: Les environs :: Le Lac-