Le Royaume d'Ekiard

Forum rpg fantastique.
Incarnez la créature de votre choix et venez lui faire vivre de fabuleuses aventures !
Le Deal du moment : -33%
Remise de 1000 € sur le ...
Voir le deal
1999 €

Partagez
 

 Un si long voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vuf
Êtres magiques
Vuf

Masculin
Emploi ou situation : Chapardeur

Un si long voyage Empty
MessageSujet: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyJeu 16 Avr - 17:48

Vuf avait quitté la forêt de Detlef, bien décidé à mettre le plus de distance entre les individus qui avaient enlevé son père et l'avaient chassé et lui. Ce comportement bien qu’égoïste était nécessaire pour sa survie et sa santé mentale.
Chaque jour, chaque heure, à chaque minute il craignait de se retrouver face à eux. Il craignait de les apercevoir ou de les sentir quand il allait en ville pour chaparder quelques morceaux de viande. Il lui apparaissait désormais clairement que son père ne reviendrait pas. Ces événements remontaient tout de même à plusieurs lunes et malgré ses errances, rien ne changeait.
L'hybride était allé jusqu'à la mine, avait essayé de parler aux mineurs mais ceux-ci travaillaient et n'avaient pas de temps à perdre avec un enfant. De plus, Vuf ne connaissait pas le prénom de son père. Il ne lui avait jamais demandé, se contentant de l'appeler « papa » comme tous les enfants. Alors, demander à des gens s'ils savaient ce qui était arriver à papa … Forcément, ils avaient plus important à faire. Leur vie n'était déjà pas simple, ils n'allaient pas non plus gaspiller du temps pour rien.

Vuf avait alors pris la décision de partir. Mais avant ça, il devait faire des provisions. Et l'hybride n'avait rien pour les emporter et pas d'argent pour pouvoir s'offrir un balluchon. La solution, bien que risquée, consistait à retourner chez lui, essayer en tout cas. Si elle était toujours sous surveillance, il n'insisterait pas, il ne savait pas si la transformation fonctionnerait une nouvelle fois et honnêtement, il ne voulait pas savoir.
Lorsqu'il arriva dans les environs arborés de sa maison, il fit une halte. Attentif aux bruits et aux odeurs alentours, il attendit un instant. Son flair même sous sa forme humaine était plus développé que celui des humains. Il n'égalait pas celui des chiens bien entendu, mais il pouvait tout de même repérer certaines choses bien avant de les voir.
Ne sentant rien de suspect, il avança prudemment, veillant à ne pas faire craquer les branchages et à ne pas trébucher sur des racines. Maintenant en vue de la bâtisse, il attendit encore, sentant son cœur battre à tout rompre. Il ne fallait pas qu'il se transforme, pas maintenant, pas ici. Il ferma les yeux et se concentra pour calmer les battements de son cœur.
Quelques minutes passèrent et tandis que ses palpitations s'estompaient, le vent ne lui apportait toujours aucune odeur et il n'entendait aucun bruit venant de la maison. L'hybride rouvrit alors les yeux et se décida à entrer prudemment.
Il ne détecta aucun piège tendu à l'entrée et pénétra donc sur la pointe des pieds dans la maison, se dirigeant tout droit dans la cuisine. Désormais, il fallait faire vite. Il avait déjà vu son père un millier de fois préparer son balluchon avant d'aller en ville chercher des vivres.
Malgré l'urgence de la situation, Vuf ne put s'empêcher de marquer un temps d'arrêt en voyant les lieux. Tout était dévasté, les affaires restantes étaient sens dessus-dessous et il régnait une telle pagaille que l'hybride eut besoin d'un moment pour trouver ce qu'il cherchait.
Enfin, il réussit à trouver le balluchon de son père. Le tenir dans ses mains lui fit monter les larmes aux yeux, mais il tourna les talons, laissant derrière lui une bâtisse en désordre et se dirigea vers la ville où il put faire ses provisions grâce à son talent de chapardeur. Un peu de produit sur cet étal, un peu de ci, un peu de ça, et hop ni vu, ni connu, je t'embrouille !

La direction importait peu à Vuf, il voulait juste fuir loin. Alors, l'hybride alla tout droit.
Il marcha des jours durant, ne se transformant jamais. Il chercha à comprendre ce don (ou cette malédiction puisque cela lui avait fait tout perdre) mais il était loin d'être sage et était trop jeune pour comprendre un monde si complexe.
Les journées se rallongeaient, et Vuf marchait, qu'importe la météo. Les rayons du soleil étaient encore cléments en cette saison mais la pluie et le vent étaient plus souvent de rigueur et il était bien affairé à protéger son butin de la pluie qui traversait le balluchon  Nombreuses étaient les fins de journée où l'hybride se couchait en boule en grelottant. Bien sur, il n'avait pas pensé à emporter de quoi faire face aux nuits encore fraîches...
Pendant son voyage, il put voir des rochers gigantesques sortir du sol et s'étendre si haut que les nuages l'empêchaient de voir leur sommet. S'il se souvenait de ce que lui avait appris son père, il s'agissait de montagnes. C'était très impressionnant de se retrouver en face de cette immensité toute de roc. Il se sentit petit et faiblard en voyant ça. Aussi, il décida de contourner cet endroit.

Cela faisait déjà plus d'une lune qu'il avançait sans savoir où il arriverait. Il était à cours de provisions depuis un moment, se nourrissant des animaux qu'il arrivait à attraper. Autant dire qu'il ne mangeait ni à sa faim, ni tous les jours. Les plaines n'étaient vraiment pas un bon endroit où vivre. Vous y êtes exposés à la morsure du vent et les animaux vous voient venir de loin. Vuf n'avait jamais eu besoin de chasser, il découvrait chaque jour de nouvelles choses, allait d'échecs en échecs, parvenait parfois à se saisir d'un petit animal blessé. Leur viande n'était pas bonne mais cela lui permettait de vivre un jour de plus. De survivre jusqu'au prochain repas ou la prochaine ville.
Il avait sciemment évité Ekiard, se souvenant des mises en garde de son père. Cette ville était peuplée d'anti-mages, il ne ferait pas long feu là-bas. Même pour refaire ses provisions, il ne devait jamais y aller tant qu'il ne se contrôlait pas.

Après des nouvelles semaines de marches, il vit un panneau indiquant le nom de la capitale de la région. Xeros.
Il prit la direction de cette ville, espérant pouvoir chiper quelques morceaux de viande fraîche et juteuse. Lorsqu'il arriva en ville, il fut pris pour un mendiant et fut chassé dans les quartiers mal famés. Ici, les pauvres erres se battaient pour des miettes de pain et parfois les vaincus ne se relevaient pas. Vuf choisit de partir et de perfectionner ses techniques dans les environs boisés.
Loin d'être une forêt, il n'y avait pas autant de diversité animale que ce qu'il avait pu voir quand il était encore chez lui, néanmoins il put attraper un lapin, ni malade, ni blessé en faisant preuve d'agilité. Il lui tordit le cou et commença à arracher sa peau pour pouvoir croquer dans sa chair.
Une fois son estomac remplit, il se roula en boule une nouvelle fois et s'endormit au pied des arbres.

Les jours passèrent et Vuf réussit à s'infiltrer dans la ville un matin de bonne heure. La luminosité encore faible l'avait couvert et il avait pu se rendre sur la place du marché. Il avait observé les marchands préparer leurs étals et s'était retenu de saliver en voyant des poulets en train de cuire à la broche. Il ne pourrait pas voler un poulet entier seul, et il savait que personne ne le lui laisserait s'il se faisait aider.
L'hybride parcourut les étals, s'assurant qu'il pourrait emporter des morceaux de viande séchée comme à son habitude. Cette alimentation n'était pas diversifiée mais ces morceaux-là se conservaient très bien et il pourrait tenir plusieurs jours, le temps de trouver un village où la sécurité serait moins renforcée et où il pourrait chaparder selon ses envies.
Pendant qu'il inspectait les étals, il vérifiait aussi où se trouvaient les sorties de la ville. S'il devait voler ici, il faudrait déguerpir vite et il devait s'assurer qu'il en aurait la possibilité.
Ses espoirs furent vite brisés. Dans cette capitale, le marché était situé très en intérieur et les portes étaient bien gardées. Même s'il arrivait à voler quelque nourriture, il avait l'intuition qu'il ne sortirait pas.

Vuf revint donc sur sa décision, fit demi-tour et sortit de la capitale avant même le début du marché. Il partit vers l'ouest, en quête d'un village plus calme. Après trois nouveaux jours d'errance, il aperçut un village en bordure d'un ruisseau et d'une étendue de petits grains clairs et croustillants (vous voulez pas savoir comme il sait ça) . Au loin à l'ouest, il pouvait distinguer les signes caractéristiques d'une forêt.

Ces grains clairs et croustillants précédaient la plus grande étendue d'eau qu'il avait vu de sa vie. Apparemment, c'était du sable et  l'océan. Les images des livres que son père lui avait montré y ressemblaient en tout cas. La vue de toute cette eau et le bruit des vagues s'échouant continuellement étaient étrangement apaisants. Tout ceci n'était pas mentionné dans les livres. Son père ne lui en avait jamais parlé, peut-être n'avait-il même jamais vu ça de ses propres yeux. A cette pensée, les yeux de l'hybride se mouillèrent. Il se coucha en laissant ses larmes glisser sur ses joues. S'éloigner ne changeait rien à son chagrin. Il le décuplait même, lui donnant l'impression d'avoir abandonné tout espoir.
Mais, n'était-ce pas le cas ?

Lorsque ses larmes se tarirent, le soleil entamait sa descente vers l'horizon. Captivé par ce spectacle, Vuf ne put détourner son regard. L'océan changeait de couleur au fur et à mesure que le soleil s'en rapprochait et maintenant qu'il observait le ciel sans aucun obstacle, il remarqua que celui-ci aussi se parait de nouvelles couleurs, toutes plus étincelantes les unes que les autres.
Le soleil finit par laisser sa place à la lune et Vuf, éreinté par son long voyage s'endormit sur le sable, sans même chercher à se déplacer.

Lorsqu'il s'éveilla au lever du soleil, il s'étira en baillant et décida d'aller voir le village. Il y retrouva l'ambiance de celui qu'il connaissait et se trouva rassuré. Il parcourut les différentes allées, regarda avec attention les commerces, détailla chaque rue et ruelle et s'assura qu'il pourrait chaparder de quoi manger ici. A la demi-journée, il trouva son compte dans l'agencement du village et s'autorisa à souffler. L'hybride alla jusqu'à la grand place du village où devait sûrement se dérouler le marché et s'installa près d'une grande fontaine. La sculpture était finement ouvragée et Vuf fut impressionné par les détails de l'artiste.
Il attendit ainsi quelques instants, captivé par la beauté de cet édifice puis quitta le village pour retourner à son spot de prédilection sur la plage. Le village n'avait pas beaucoup de gardes, ils seront forcément dépassés les jours de forte abondance.
C'était décidé, Vuf resterait ici. Le cadre de vie était idéal, il y avait un village à proximité et s'il avait des ennuis, une forêt était même visible d'ici. Le vent changea de direction et Vuf sentit également la présence de beaucoup de poissons. Il tourna la tête en direction de l'odeur et, plissant les yeux, il parvint à voir un port au loin à l'est.

Il irait sûrement y faire un tour un de ces jours. Mais à l'heure actuelle, le soleil commençait à nouveau à plonger dans l'océan.
Demain serait un nouveau jour plein d'aventures.

________________
Un si long voyage Vuf_vi10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Naruse
Êtres magiques
Naruse

Féminin
Emploi ou situation : Vagabonde
Localisation : Torcken est un lieud d'aventures et d'audelà!


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptySam 18 Avr - 11:26

Ah quelle idée !
Voilà trois semaines que la fée s'était installé sur ce continent maudit. Échouée serait le terme plus exact, puisque la carcasse de la barque qui l'avait emmène jonchait péniblement sur le sable. Il ne restait plus rien de son aventure maritime. Les planches de son bâtiment se laissaient emportées par la rivière et à part le souvenir une nuit terrible sous les foudre et les vagues, elle ne se rappelait rien. Une nouvelle terre l'avait accueillie plutôt que le fond de l'océan et pour cela elle remerciait Ilyssa. Pour le reste, elle préférait ne pas émettre de commentaire. Les fées du Jardin avaient toujours décrit le continent comme une terre dangereuse depuis le règne d'Aloysius. Une terre où les créatures magiques périssaient juste à cause de leur existence. Naruse n'ignorait pas ses rumeurs, elle avait juste décidé de passer outre. Tout valait mieux que l'humiliation perpétuelle de ses congères.
Aujourd'hui elle comprenait.

Elle avait eu tort.

Ekiard, c'était comme voir un dragon pour la première fois de sa vie. Tous les contes vous racontent qu'il s'agissait d'un puissant lézard. Mais vous ne pouvez vous empêcher de visualiser sa carrure majestueuse, ses yeux brillants d'intelligence et ses muscles transpirant de force. Animé par cette vision, vous vous armez pour votre quête et bravez les périples jusqu’à votre rencontre. Mais à la fin de la journée, lorsque vous le voyez pour la première fois…. Ça restait un lézard à la peau écailleuse qui supportait difficilement le soleil. Une créature féroce mais qui parlait une langue que même les fées peinaient à traduire, et une force…. Personne n’avait exagéré ce point. Les dragons n'avaient pas grandis avec leur temps, et leur intellect, bien que grandiose, avait grandement souffert d'années vécues en isolement. Pourquoi convaincre quand on peut juste faire un barbecue de vous et toute votre famille si vous n'êtes pas d'accord ? Pourquoi comprendre l'espèce en face de vous quand un souffle de narine l'éjecte dans l'atmosphère….
Et bien Ekiard était un dragon.
Très belles contrées, des gens sympathiques, une magie abondante et…. Une réglementation tyrannique qui allait vampirisme sa vie peut être jusqu'à sa dernier souffle.

La première semaine il avait surtout plut. Naruse avait presque tout perdu dans la tempête, mais elle avait pu récupérer quelques planches et des clous sur le cadavre de son bateau. Et puis elle avait perdus les clous en se défendant contre des chiens errants. Puis elle avait perdu une partie de ses planches en assommant un villageois qui lui tirait les cheveux pour l’amener au représentant de l’armée le plus proche. La deuxième semaine elle avait repéré un arbre assez éloigné des villages de la région. Elle était repartie sur sa carcasse d’arrivée, avait repris des clous et le reste des planches, puis avait passé une trois jours à se construire un semblant de toit au-dessous d’une branche grand chêne. La tempête du quatrième jour avait tout balayé. Elle avait donc récupéré ses planches cassés et avait décidé de retenter sa chance près d’un village. Au bout de quelques jours d'observation, Naruse avait remarqué qu'une certaine heure arrivée, tous les gens du village allaient devant la maison de l’un des leurs écouter ses histoires. Elle utilisa ce moment pour chaparder un drap neutre ainsi que les deux pinces qui le tenait. À sa troisième semaine, elle était épuisée. Ses planches cassées tenaient à peine, elle avait déchiré son drap en quatres morceaux dont l’un lui servait de coiffe pour dissimuler ses cheveux, et elle n’avait pas assez de nourriture dans son organisme. Le jardin avait son degré de civilisation, et bien que Naruse n’avait jamais vécu dans une telle précarité, elle savait ce qu’elle devait faire. Elle avait récolté des fruits dans les alentours et après en avoir mangé certains, elle avait attendu d’avoir assez d’engrais naturel pour le mélanger à de la terre et planter ses restes de nourriture. Cette journée  avait beaucoup attaqué son mental mais dans une semaine elle se remercierait. Elle le savait, même si pour le moment tout ce qu’elle avait, c'était des remontées gastriques.  

Heureusement, avec la plage à côté, elle pouvait se servir du sable pour se faire une toilette hebdomadaire. Et ce fut après cette habitude qu’elle entreprit le plus gros projet depuis son arrivée : un premier contact.
Elle avait révisé son Ekiarien tous les jours, il était un peu rugueux, mais elle devrait parvenir à se faire comprendre. La fée arrangea sa coiffe avec son tissu. Un morceaux pour ses cheveux, un autre pour faire un semblant de balluchon, et les deux derniers qu’elle avait précieusement calée dans l’arbre et lui servirait quand il faudra se donner une apparence propre. elle savait que parce que c’est vêtements étaient sales, beaucoup d’endroits lui serait fermés : même au village les gens tentaient de s’éloigner de ceux qui n’avaient pas la même odeur.

Elle avait un plan en plusieurs étapes. Et pour cela elle avait besoin….. D’un clodo sur le sable ? Fronçant les sourcils, la fée reconnu bel et bien une silhouette. Cela semblait être un bipède donc approchable… quoique. Elle pesait encore le pour et le contre d’établir une connection avec l’inconnu. si il était mal intentionné, ils étaient seuls sur la plage, et elle serait à sa merci. La fée marcha d’un pas très lent vers le jeune homme en cherchant dans le sable n’importe quoi qui pourrait lui servir…. Avant de se retrouver face à un adolescent.
Quelques mètres éloignés de l’inconnu, sur un sable chaud à vue de tous, la fée s’agenouilla afin de mieux scruter l’individu… au pire elle lui jeterait du sable avant de s’enfuir.

________________
Un si long voyage 736856depart
Lorsque ses pieds foulèrent la terre, le monde lui parut plus grand
Revenir en haut Aller en bas
https://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t83-suivi-des-rps
Camylia
Anti-mages
Camylia


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptySam 18 Avr - 15:13

Une brise douce effleura la cime touffue des arbres. Les feuilles frémirent, bruissèrent de contentement sous le soleil tiède et l’une des petites tiges vertes se détacha malgré elle. Le souffle doucereux s’infiltra alors dans les espaces et vint secouer les branchages avec douceur. Ô nature ! Nature ! Nature ! Danse pour moi ! Joue avec moi ! Montre moi tes facettes et dévoile-moi tes secrets !
La brise prit de la puissance, rebondit contre les troncs que même une tempête de ne ferait pas trembler. Elle s’enroula, s’étira, gonfla, portant toujours sa petite feuille qui virevoltait avec éclat quand …CHTAK !
Un courant plus fort, plus puissant avait fusé avec brutalité, coupant tout élan au vent et fit chuter le petit brin vert au sol.
Au plusieurs dizaine de mètres de là, une femme rouvrit l’œil qu’elle avait fermé pour aiguiser sa visée. Avec lenteur, elle redressa la tête et abaissa l’arc qui terminait de vrombir dans sa main gauche. Son corps cessa d’être immobile et un sourire fin, un brin carnassier s’étira sur ses lèvres :

-Touché, murmura-t-elle.

Le cheval qui l’accompagnait releva la tête, mâchant sa touffe d’herbe avec sérénité en regardant sa maitresse revenir vers lui et empoigner ses rênes pour le mener à sa cible. Plusieurs dizaine de mètre plus loin, une magnifique perdrix était là ; traversée de part en part par une longue flèche solidement fixée dans le bois, elle avait cessé de se débattre depuis plusieurs minutes déjà ; lorsque la mort l’avait fauché.
Avec le calme de l’habitude, Camylia détacha sa victime et l’accrocha à sa ceinture. La jeune femme n’était pas ici pour chasser les oiseaux – à la base- mais la présence de l’animal ne s’était pas faite discrète et l’anti-mage n’avait pu laisser passer cette opportunité. Moins elle aurait à se soucier de la nourriture, plus cette dernière serait fraiche, meilleurs seraient ses résultats.
Pour le moment, tout du moins, des résultats elle n’en avait pas.
Guidée jusqu’ici par des rumeurs approximatives sur un mage gérant un pan important de la rébellion, nul indices et encore moins de traces ne semblaient se présenter à elle. Au contraire, le temps aidant, la jeune femme avait de plus en plus l’impression qu’elle avait été mené jusqu’ici avec intention (et pas les siennes).
Camylia vérifia machinalement la présence de son fouet et de son épée à ses côtés. La première hypothèse quant à de fausses informations laissait supposées qu’on avait cherché à l’éloigner. De quoi ? De qui ?  Elle l’ignorait. Et si elle devait se sentir flattée d’être ainsi vu comme une menace, elle était surtout frustrée de louper de potentiels faiseurs de magie. La deuxième hypothèse était plus simple ; un piège.
La jeune femme eut un rire amer. Un piège ? Les fous ! Ne connaissaient-ils donc pas la terrible Camylia Amelyse ? Qu’ils viennent ! Elle ne doutait pas de ses capacités à leur faire manger la poussière !
Pour l’instant, cependant, elle ne croisait pas âme menaçante qui vive. Cela faisait pourtant des jours qu’elle marchait et si la présence d’être humain, comme de confort matériel ne lui manquait pas, elle avait d’autres occupations que la balade.
Cela laissait alors place à la troisième suppostions: ces informations étaient toutes pourries et n'étaient que de vagues rumeurs découlant des peurs obscures que provoquaient cette forêt sur le peuple.
Un vent plus fort ébouriffa les mèches éparses de ses cheveux qui s’étaient détachés de sa coiffure au fil de la journée et Camylia s’arrêta. Levant le nez, elle huma l’air avec circonspection.
Du sel ?
La mer ?
Déjà ?
Les lèvres pincées, la demoiselle continua d’avancer jusqu’à ce que sa vue confirme son odorat. Elle était bel et bien arrivée à la plage :

-Tsss…grommela-t-elle.

En voila du temps perdu ! Avec un soupir, l’anti-mage continua pourtant de s’approcher des embruns. Quitte à avoir fait tout ce voyage pour rien…autant profiter un peu de la destination ! Ramassant de ci de là de quoi faire un feu, Camylia amena ses trouvailles sur le sable. Bien que rarement moussaillons, la jeune femme appréciait la présence de la mer. Cette entité plus grande et plus forte que le monde, capable de noyer n’importe quelle créature sans que cela n’ait le plus petit des impacts sur sa longue épopée.
Une fois cela fait, la guerrière prépara sa perdrix ; la dépluma, la vida et l’installa au-dessus d’un feu récent afin de la faire cuir. Le tout ne serait pas prêt avant longtemps, alors elle planta ses pieds dans le sable, posa ses mains dans son dos et admira le calmede l’horizon qui contrebalançait avec sa vie pour le moins mouvementée.

HJ/ Vous n’êtes pas du tout obligée de la rejoindre (ou de faire du bruit pour qu’elle vous rejoigne) tout de suite, si vous avez besoin de faire connaissance Wink
Revenir en haut Aller en bas
Vuf
Êtres magiques
Vuf

Masculin
Emploi ou situation : Chapardeur

Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyDim 19 Avr - 19:25

Vuf s'assit et ferma les yeux, profitant de la caresse du vent et des rayons du soleil couchant qui lui léchaient le visage. Ses mains s'enfonçaient dans le sable encore chaud, des grains se glissant sous ses doigts et ses ongles. Il avait hâte d'être au lendemain pour avoir l'occasion de chiper à manger.
Il réfléchissait à la manière dont il allait s'y prendre quand le vent lui apporta une odeur. Un être humain était proche de lui. Vuf sauta sur ses pieds et se retourna, le cœur battant la chamade.
Un humain !
L'hybride jeta un rapide coup d’œil à ses mains et fut légèrement apaisé quand il constata qu'il ne s'était pas transformé. L'idée que la transformation puisse lui être utile pour fuir loin et vite ne lui avait pas effleuré l'esprit. Pour l'instant, tant qu'il ne se changeait pas en loup, il pouvait espérer rester dans cette zone.

Vuf vit la créature s'agenouiller devant lui. En fait, à en juger par la poitrine de cette personne, c'était plutôt une femme qu'une créature. Sûrement n'était-ce pas un de ces affreux humains qui chassent leurs congénères pour une stupide différence. L'hybride choisit de suivre son instinct et d'essayer de faire confiance à cette personne. Aussi, il entama la conversation.

« Bonjour. Qui es-tu ? »

Il regarda le soleil disparaître derrière l'océan et ajouta :

« Cet endroit est magnifique. Tu vis ici ? »

L'humaine face à lui avait une drôle de dégaine, mais Vuf la trouvait rigolote. Cependant, il ne se trouvait pas très à l'aise avec cette humaine et finit par baisser les yeux et donner des coups de pieds dans le sable, faisant s'envoler quelques grains scintillants.

Tout à coup, la concentration de Vuf s'envola. Il se redressa et huma l'air tel un chien. Il sentait une odeur de viande grillée. Son estomac lui rappela bruyamment qu'il n'avait rien mangé depuis la veille au soir. Mettant une main sur son ventre, comme si cela pouvait masquer le bruit, l'hybride sourit bêtement.

« Ça te dit d'aller voir par là-bas ? J'ai vraiment trop faim, peut-être qu'on pourra partager le repas de cette personne ? »

________________
Un si long voyage Vuf_vi10

Spoiler:
 


Dernière édition par Vuf le Mer 22 Avr - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naruse
Êtres magiques
Naruse

Féminin
Emploi ou situation : Vagabonde
Localisation : Torcken est un lieud d'aventures et d'audelà!


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyMar 21 Avr - 20:25

Accroupie sur le sable, Naruse observa l’inconnu. Un jeune homme, un adolescent même. Les cheveux en bataille, verts comme de la mauvaise herbe, la peau rouge et noire, l’odeur âcre, elle pouvait parier qu’il avait aussi les ongle sales.
Aucun doute, c'était un pauvre.
Un de ceux dont l’existence n’importait à personne d’autres que lui-même. Jeune pour cette vie terrible, cependant au vue la mentalité de ce continent Naruse n’était pas surprise. Elle commençait à pondérer les avantages et inconvénients de tenter une attaque sur de la chair fraîche quand les yeux de l’enfant s’ouvrirent. Ses doutes s’envolèrent instantanément : elle n’avait aucune chance face à un homme. Autant tenter l’approche de la voisine sympa.
Au pire elle pourrait toujours tenter un truc durant son sommeil.
« Bonjour. Qui es-tu ? »
Oh.
….
il fallait lui répondre.
Les humains étaient des êtres sociaux. Ne pas montrer de la coopération pourrait lui coûter cher. Elle s’apprêtait à lui balbutier une réponse lorsqu’elle le vit donner des coups de pieds dans le sable. Ah les adolescents… l’humeur aussi vacillante qu’une toupie, c’était quoi ses hormones qui le travaillaient ou..
Ooops !
Naruse sursauta.
Ce jeune homme était bizarre.
Pourquoi respirer l’air d’un seul coup ? Hein ? De la viande grillée ? Tout ce que la fée pouvait sentir était le sel de la mer, et les futurs problèmes de cette rencontre. C'était quoi ce type, un chien ? Sérieusement c’était tellement bizarre comme comportement ! Était-elle tombée sur un de ces mecs dont la solitude avait finit par déranger le cerveau ? Aller vers l’odeur ? Mais qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez ce jeune homme ? Il avait vu ses cheveux ? Il savait ce que les gens faisaient aux gens qui avaient des cheveux comme lui ? Autant porter une pancarte “je suis une créature magique butez moi!”. Ah !
Naruse vociférait intérieurement sans laisser transparaître quoi que ce soit sur son visage. Honnêtement, elle n’était pas sûre de pouvoir complètement traduire ses pensées peut-être valait-il mieux se taire. Si ils étaient plusieurs dans sa tête, elle ne voulait pas devenir de la viande grillée ce soir. D’un geste lent, elle tapa deux fois sur sa tête puis croisa ses deux mains pour émettre une négation claire. Elle réitira l’ensemble deux fois et ne voyant pas la réaction escomptée arracha un bout de ses vêtements avant de les lancer au visage du jeune homme et de montrer sa propre coiffe.
Elle essaya de voir quel endroit il parler. Certes c’était chou de voir sa réaction sans gêne face à la demande impérieuse de son corps. La jeunesse… Elle n’était pas assez vieille pour se soucier de sa vue mais elle devait admettre ne pas voir de quoi le garçon parlait.
Alors elle se retourna vers le gosse et le jugea.
Oui, elle était bien tombé sur un malade.


________________
Un si long voyage 736856depart
Lorsque ses pieds foulèrent la terre, le monde lui parut plus grand
Revenir en haut Aller en bas
https://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t83-suivi-des-rps
Vuf
Êtres magiques
Vuf

Masculin
Emploi ou situation : Chapardeur

Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyMer 22 Avr - 17:46

Vuf commençait à marcher vers l'odeur quand il sentit quelque chose le frôler dans le dos. S'interrompant, il se retourna vivement pour constater qu'il ne s'agissait que d'un bout de tissu.
Qu'est-ce que c'était que cette humaine ?! Elle ne parlait pas, ne se présentait pas et en plus elle lui jetait des bouts de ses habits ? Elle ne devait pas aller très bien dans sa tête celle-là …
L'humaine lui montrait sa tête mais l'hybride ne comprenait pas ce qu'elle voulait.

« Tu sais parler ? » Finit-il par lui demander, excédé par son comportement.

Il ne comprenait pas ce que ses gestes signifiaient, pourquoi se touchait-elle la tête ainsi ? Vuf l'imita et mit ses deux mains sur le dessus de sa tête, mais se sentit drôlement bête...
Le vent changea de direction, retirant la délicieuse odeur des narines du loup. Tant pis, ce soir ce serait diète encore une fois.
Soupirant, il laissa retomber ses bras le long de son corps et tenta à nouveau un contact :

« Tu as faim ? »

Il imita l'action de manger, se disant qu'elle le comprendrait forcément et que soit elle ne parlait pas, soit elle ne voulait pas lui parler (auquel cas, il aurait juste l'air débile).
Puis il se souvint qu'il n'avait pas pu se présenter puisqu'elle n'avait pas demandé son nom. Alors, il tenta une approche archaïque.

« Vuf » Dit-il en posant la main sur son thorax.

Il répéta son nom une deuxième fois, puis tendit la main vers elle et la pointa du doigt avec un air interrogateur. Peut-être comprendrait-elle cette fois ?
Le jeune loup laissa passer quelques instants puis s'approcha de l'humaine en mettant ses mains sur sa tête. Arrivé près d'elle, il lui enleva sa coiffe d'un geste vif et partit en courant, sautillant comme un cabri, un sourire aux lèvres. Éloigné d'une dizaine de mètres, il se retourna, balançant sa coiffe d'une main à l'autre.
Le message était clair : on joue ?

________________
Un si long voyage Vuf_vi10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Naruse
Êtres magiques
Naruse

Féminin
Emploi ou situation : Vagabonde
Localisation : Torcken est un lieud d'aventures et d'audelà!


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyMer 29 Avr - 12:48

Naruse ne pu s'empêcher d’avoir le sourire aux lèvres quand elle vit tous les efforts du jeune homme pour communiquer. Elle avait très envie d’ébourriffer ses cheveux, elle le traitait comme un enfant… ce qui n’était pas bon pour ses chances de survie. Ils ne se connaissaient ni de père, ni de mère… Mah ! Après tout , à nouveau village, nouvelles coutumes. Peut être que les gens de la plage étaient différents de ceux de la ville. Peut être que…
REVIENT PETIT CON !
Fuck ses cheveux ! Ah mais que ! Mais je vous jure ! Sortants ses pieds enfouis dans le sable, la fée se mit à la poursuite du voleur de coiffe. Elle s'élança avec entrain, et malgré tous ses efforts, jamais elle ne vit l’écart entre eux deux se rétrécir. Elle devait vraiment se mettre au sport. Depuis son arrivée cela n’avait pas été dans sa liste de priorité et aujourd’hui elle le regrettait. De manière plus pragmatique : le jour où elle aurait besoin de s’enfuir à vive allure, elle devait avoir l’énergie suffisante.
Dans sa pathétique tentative, Naruse entendit son ventre grogner. Elle avait toujours plus ou moins faim alors pourquoi le faisait-il savoir ? Parce que plus ils courraient, plus l’odeur appétissante s'approchait. La fée avait un souvenir lointain qui dansait à l’arrière de son esprit. Aussi, elle ne remarqua pas que l’adolescent s’était arrêté. Toute aussi petite qu’elle fût, elle pesait tout de même le poids d’une jeune adulte. L’impact projetta le duo sur quelques centimètres avant que la gravité ne les ramena sur le sol dans un bruit assourdissant. Sonnée, Naruse mit un certains temps à se relever. Avant de saisir sa coiffe des mains du jeune homme et de la présenter au ciel avec un sourire triomphant.

________________
Un si long voyage 736856depart
Lorsque ses pieds foulèrent la terre, le monde lui parut plus grand
Revenir en haut Aller en bas
https://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t83-suivi-des-rps
Camylia
Anti-mages
Camylia


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyDim 3 Mai - 21:16

Le regard de Camylia se perdait dans l’horizon en train de s’assombrir. Dans quelques dizaines minutes, il ferait bientôt totalement nuit.
Kerstas mâchonnait tranquillement l’herbe à la lisière de la foret et bien que la pratique fut peu courante, la jeune femme n’avait pas pris la peine de l’attacher. Sa fière monture était bien éduquée et ne s’éloignait pas d’elle. Au contraire, les oreilles aux aguets, il était prêt à galoper vers sa maitresse dès que celle-ci l’appellerait d’un sifflement bref. Un dressage à l’efficacité redoutable quand il s’agissait de prendre brutalement en chasse les être immondes qu’avait engendré la magie.
Le regard de la guerrière revint sur sa prise du jour dont la cuisson ne tarderait pas à arriver à point. L’eau lui monta à la bouche lorsqu’elle vit la peau doré se craqueler sous l’impulsion délicieuse des flammes. L’odeur lui monta aux narines et de la pointe de la dague, elle testa la viande. La lame rompit l’enveloppe protectrice et s’enfonça tendrement dans la chair cuite à point (vous le sentez que j’ai faim ? ^^’). Il ne restait plus qu’à se servir…
Camylia se leva, s’apprêtant à enlever la broche du feu et se demandait déjà qu’elle morceau serait le plus appétant quand elle entendit du bruit un peu plus loin. Des rires ?
La jeune femme releva la tête et avisa les ombres au loin qui semblaient s’amuser hors du cours du temps. Des enfants ?
Les silhouettes paraissaient assez petites et la guerrière y mit toute sa mauvaise foi pour ne pas se rendre compte qu’ils étaient sensiblement de même taille, songeant ainsi qu’elle avait probablement affaire à des enfants. De toute façon les adultes ne jouaient pas de cette manière, ils ne jouaient pas tout court en fait.
Les observant du coin de l’œil, Camylia constata avec déception qu’ils paraissaient se rapprocher d’elle. N’avaient-ils donc pas de parents pour les ramener à la raison ? Pour les faire rentrer chez par la peau des fesses et leur apprendre que passer ne certaine heure, il n’était pas bon de trainer dehors ?
A moins que… la jeune femme plissa les yeux et sa main glissa lentement vers le pommeau d’une de ses dagues.
A moins qu’ils ne craignent pas de faire de mauvaises rencontres car ILS étaient la mauvaise rencontre.
Kerstas releva la tête et pointa les oreilles vers eux. Il jeta un bref coup d’œil à sa maitresse, s’interrogeant sur sa tension soudaine, se demanda probablement s’il allait falloir bondir sur eux à tout instant. Camylia – elle – resta silencieuse. Elle abordait une pause décontractée, mais son corps tout entier était prêt à bondir pour qui savait y prêter attention. Le diable adorait se parer d’innocence.


HJ/ On aurait du titrer le sujet. Rencontre entre nains xD
Revenir en haut Aller en bas
Vuf
Êtres magiques
Vuf

Masculin
Emploi ou situation : Chapardeur

Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyMar 5 Mai - 18:42

L'humaine s'élança à sa poursuite. Yahou !
Bon, elle n'était pas amusée, elle avait même l'air sacrément en colère, mais Vuf n'en avait cure. Elle jouait avec lui, c'était le principal. Et peut-être qu'elle s'énerverait suffisamment pour lui crier dessus, comme ça il entendrait enfin le son de sa voix.
Le louveteau courait dans tous les sens, zigzaguait et riait comme un fou. Que ça faisait du bien de se détendre et de s'amuser. Pendant ce temps, ses soucis s'envolaient, le monde devenait moins dangereux et les anti-mages disparaissaient. La vie était plus simple quand on s'amusait.
Le sable sous ses pieds le faisait parfois patiner certes, mais à chaque fois que Vuf regardait en arrière, il voyait l'humaine bien plus en peine que lui. Parfois il s'arrêtait pour lui donner espoir de réussite. Mais quand l'humaine se rapprochait suffisamment de lui, il repartait à toute allure en riant de plus belle.
La coiffe de sa compagne de jeu toujours dans les mains, il la balançait parfois en l'air, s'amusant à la rattraper et narguant sa coéquipière par la même occasion. Sa langue sortait parfois de sa bouche pour bien lui montrer qu'il se moquait d'elle mais ses yeux et son sourire espiègle lui révélaient toute la gentillesse du monde.

Vuf aperçut au loin la lueur d'un feu et l'odeur tant appétissante qu'il avait senti un peu plus tôt. Il regarda par-dessus son épaule et commença à courir sur place pour laisser l'humaine reprendre du terrain... avant de galoper à toutes jambes vers le feu en éclatant de rire.
Il y arriva en un claquement de doigts et s'arrêta net. Auprès de ce feu, une autre humaine se tenait debout et le jaugeait. Le jeune loup arbora son plus beau sourire … avant d'être violemment projeté vers l'avant avec un bref cri de douleur. Sa tête atterrit la première dans le sable et il fut « ravi » d'avaler en grande quantité ces petits grains croustillants.
L'hybride s'assit en toussant et crachant le sable avant de regarder sa partenaire de jeu. Celle-ci avait récupéré sa coiffe et le regardait, satisfaite.

« Hé, tu m'as fait vachement mal ! Il faut regarder devant toi quand tu cours ! » Lui dit-il tout en se relevant.

Ah quelle horreur ! L'intégralité de sa bouche croustillait !!
Bwah, c'était vraiment pas bon... Heureusement, il y avait près de lui de la nourriture bien plus appétissante.

« Bonjour. »

Vuf regarda l'autre humaine et sourit à nouveau. Elle avait l'air détendue et n'était sûrement pas dangereuse. Les méchants humains faisaient toujours des grimaces. Pas elle.
Le jeune loup arrêta subitement son regard sur le visage de la jeune femme. Ses yeux s'agrandirent d'effroi quand il aperçut ses cicatrices. Il eut envie de lui demander comme elle s'était débrouillée pour se faire mal comme ça, mais il pensa que ce serait trop impoli et se ravisa.
Snn regard dévia sur le morceau de viande qui finissait de cuire et de l'eau lui monta à la bouche.

« Est-ce que on peut manger un peu avec vous ? »

Comme pour appuyer sa supplique, son ventre émit un gargouillis sonore qui mit Vuf très mal à l'aise. Il porta une main à son ventre comme pour le faire taire et attendit la réponse de l'humaine. L'état de ses vêtements l'avait déjà fait passer pour un mendiant dans une ville, peut-être que cette femme serait indulgente.


HJ/ Est-ce que Camylia défend autant sa bouffe que sa joueuse IRL ? XD

________________
Un si long voyage Vuf_vi10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Naruse
Êtres magiques
Naruse

Féminin
Emploi ou situation : Vagabonde
Localisation : Torcken est un lieud d'aventures et d'audelà!


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyLun 18 Mai - 18:59

Hj- Petit Rp, j'admet avoir plus répondu pour avancer et arrêter de bloquer tout le monde. Tout s'est décalé d'au moins 15 jours de mon côté aaaaaaaah

Naruse émit un grognement en se relevant. Elle savait qu’elle était faible, mais là elle avait eu l’impression de heurter une planche de bois. Pas illogique, cet adolescent devait manger à peu près autant qu’elle, à ce stade ce devait être davantage ses os qu’elle avait heurtés plus que ses muscles.
Elle releva la tête lorsqu’elle entendit son compagnon saluer un inconnu. UNE inconnue. L’odeur qui se dégageait du campement tormenta ses narines. Elle ne se souvenait plus de la dernière fois qu’elle avait mangeait de la viande. Cela devait remonter à…. des années. Les fées du Jardin était végétaliennes : puisqu’elles venaient de la terre, naissaient des fleurs, elles jugeaient impure de manger autre chose que des produits végétaux ou de la terre. Une fois, alors qu’elle avait rencontré une tribu d’elfe reculé, ces derniers lui avait fait goûter du lapin. Plus tard il lui avait demandé si elle était intéressée pour apprendre la chasse, mais Naruse étant une fée elle ne pouvait s’adonner à ses pratiques condamnées par ses pairs. Pas au risque d’être condamnée elle-même.
Une fois arrivée sur Ekiar, elle n’avait jamais mis la main sur une denrée plus cher que du pain raci abandonné. Et elle ne savait toujours pas chasser.
Elle écouta l’échange entre les deux protagonistes en s’avançant d’un petit pas. Elle s’arrêta, regarda l’inconnue et repartie se cacher derrière Vuf. Parfois elle le poussait doucement en avant pour l’inciter á parler encore plus. Il possédait clairement des compétence qui n'était en sa possession. Peut-être qu’il parviendrait à négocier ne cuisse ou même les boyaux… Pourrait toujours les mettre dans de l’eau pour faire une soupe ? Aaaaah si cette rencontre avait eu lieu dans une semaine peut être même qu’elle aurait eu quelques fruits à manger avec, mais elle n’allait pas se plaindre surtout si elle parvenait à avoir à manger.
Les yeux emplis d’étoile, Naruse fixa celle qu’elle espérait serait sa bienfaitrice.

________________
Un si long voyage 736856depart
Lorsque ses pieds foulèrent la terre, le monde lui parut plus grand
Revenir en haut Aller en bas
https://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t83-suivi-des-rps
Camylia
Anti-mages
Camylia


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyLun 18 Mai - 20:04

Le joyeux petit duo fit une entrée pour le moins fracassante et Camylia eut presque un peu de compassion en voyant la bouche du garçon plonger dans le sable. C’était toutefois ainsi qu’on grandissait, qu’on se rendait compte que la concentration devait perdurer plus de quelques minutes et que la vigilance ne devait jamais retomber.
Au premier abord, le garçon lui parut sympathique. Souriant, poli, il … son regard se figea et ses mains tressaillirent. Qu’espérait-elle ? Un inexpérimenté de la vie tel que lui ne pouvait être habitué au spectacle qu’elle offrait et il n’avait visiblement pas plus appris à dissimuler ses émotions. L’anti-mage aurait pourtant du être habituée. Elle l’était. Mais cela lui brisait toujours le cœur de constater avec quelle puissance la société la rejetait.
Son regard se ferma et elle découpa une part tendre dans sa prise du jour.
La gamine derrière lui n’avait pas plus fière allure. Chétive et maladivement timide, la guerrière se demanda comment de tels énergumènes avaient pu atterrir et surtout survivre jusqu’ici ?

Camylia haussa un sourcil. Manger ?
Elle regarda alors leurs mains et remarqua qu’elles étaient vides…
Lui demandait-il vraiment de partager le fruit de sa chasse ? Ceci dit les vêtements crasseux et par endroits éliminés ne plaidaient pas en leur faveur. Il était même fort à parier qu’aucun d’eux ne puissent s’acheter de quoi se faire un repas digne de ce nom. Etaient-ils frère et sœur ? Comment survivaient-ils ? Etait – ce vraiment judicieux de courir sur la plage lorsque son corps criait famine ?

-Ça dépend, murmura Camylia en proie au doute. Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Que faites-vous là ? Et… avez-vous plus faim que peur ?

La vagabonde n’avait aucune envie de faire des efforts. Elle se démenait depuis bien trop d’année pour satisfaire un monde qui ne la remarquait que pour la pointer du doigt et ce n’est pas un gargouillement tonitruant qui attirerait sa sympathie. Certainement plus depuis que le gamin l’avait dévisagé ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Vuf
Êtres magiques
Vuf

Masculin
Emploi ou situation : Chapardeur

Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyLun 1 Juin - 19:58

Vuf était étonné par la réaction de sa compagne de jeu. Elle se contentait de se cacher derrière lui et de le pousser par moment. Que voulait-elle à la fin ? Ne savait-elle vraiment pas parler ? Avait-elle aussi faim que lui ou était-elle tiraillée par d'autres émotions ?

-Ça dépend.

L'attention de Vuf retourna à l'inconnue au visage torturé.

-Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Que faites-vous là ? Et… avez-vous plus faim que peur ?

Wouh, ça en faisait des questions ! L'hybride y répondit en comptant sur ses doigts pour essayer de ne pas en oublier.

« Alors moi je m'appelle Vuf et elle je sais pas. » Dit-il en désignant la fille au cheveux verts. « Je crois qu'elle ne parle pas. »

Il tourna la tête vers sa compagne d'infortune qui le conforta dans ses paroles en ne disant pas un mot, avant de s'adresser à nouveau à la chasseuse.

« Je viens de très loin. J'ai marché très longtemps avant … d'arriver ici... »

Décidément, tous ses souvenirs n'étaient pas près de le quitter s'ils étaient constamment ressassés ainsi. Son humeur changea et le loup parut soudain abattu. Il baissa la tête et reprit dans un murmure, la gorge nouée.

« Je ne sais pas ce que je fais là. Je ne sais plus quoi faire... Je ne sais pas où aller. »

Qu'espérait-il au fond, à errer sans but ? Que deviendrait-il ? Lui qui n'avait qu'une éducation rudimentaire, qui ne savait pas très bien lire, qui n'avait jamais appris à écrire … il savait à peine compter jusqu'à vingt, quelle genre de vie pensait-il pouvoir mener maintenant que son père avait disparu ? Son unique bouée de secours n'était plus là, il devait se débrouiller pour se raccrocher à quoique ce soit.

« Je ne sais pas... » Répéta-t-il en serrant ses poings. « Je devrais avoir peur ? Tu vas me faire du mal ? » Demanda-t-il en relevant la tête.

Son regard était à la fois déterminé et craintif. Si cette personne face à lui était aussi mauvaise que ceux qui l'avaient chassé de chez lui, il devrait fuir le plus vite possible. Mais cette humaine avait une monture. La dernière fois, il avait eu de la chance (à supposer qu'on puisse l'appeler ainsi), il s'était transformé et sa vitesse et sa ruse lui avaient permis d'échapper à ces monstres.

« Ton visage fait peur, c'est vrai. Mais tu n'as pas l'air méchante. Tu aurais pu nous faire du mal depuis longtemps si tu l'avais voulu. »

Comment ? Se soucier de l'impact qu'auraient ses paroles sur la jeune femme ? Pourquoi faire ? C'était la vérité après tout !

« J'ai déjà vu des monstres ... » Reprit-il, un ton plus bas, en tremblant.

En proie à ses émotions diverses, le jeune loup ne savait comment réagir, comment agir. Quelles paroles pourraient convaincre la jeune femme de lui donner à manger ? Devrait-il chaparder sa nourriture et courir aussi vite que possible en espérant lui échapper ?
Ou pouvait-il croire en la bonté de cette humaine ?

________________
Un si long voyage Vuf_vi10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Naruse
Êtres magiques
Naruse

Féminin
Emploi ou situation : Vagabonde
Localisation : Torcken est un lieud d'aventures et d'audelà!


Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage EmptyJeu 11 Juin - 10:52

HJ- Holà je viens juste vous dire que je ne pourrai rien poster avant le 25 juin ! Si vous voulez avancer et jouer Naruse. Voici sa mentalité . elle va faire semblant qu'elle ne peut ou en veut pas parler, se cacher derrière Vuf jusquà ce qu'elle estime la menace étiente et traité un peu Vuf comme un enfant dont elle devrait prendre et Camélya.... comme quelqu'un envers qui elle n'a tout à fait confiance encore !
Je vous tiens au courant quand je rentre. Bisous, faîtes attentions à vous et bon courage !

________________
Un si long voyage 736856depart
Lorsque ses pieds foulèrent la terre, le monde lui parut plus grand
Revenir en haut Aller en bas
https://le-royaume-d-ekiard.lebonforum.com/t83-suivi-des-rps
Contenu sponsorisé




Un si long voyage Empty
MessageSujet: Re: Un si long voyage   Un si long voyage Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un si long voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Ekiard ::  :: Les environs :: La plage-