Le Royaume d'Ekiard

Forum rpg fantastique.
Incarnez la créature de votre choix et venez lui faire vivre de fabuleuses aventures !

Partagez | .
 

 Ralph Roc'Car, la naissance d'un roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ralph
Anti-mages
avatar

Masculin

MessageSujet: Ralph Roc'Car, la naissance d'un roi   Sam 6 Aoû - 17:46

Nom :
Roc'car

*Prénom :
Ralph

*Date de naissance :
12 Soper 1522

*Age :
30 ans

*Sexe :
Masculin

*Race :
Humain


*Description :
On peut dire que Ralph est agréable à regarder. Il mesure près d'1 mètre 95 et, grâce aux innombrables heures passées à s’entrainer, il a la musculature qui va avec. Il peut donc paraitre impressionnant au premier abord. Ce sentiment de malaise est souvent amplifié par son regard. Ses yeux, aussi sombres que les ténèbres, ne réservent pas toujours un accueil chaleureux aux personnes qui viennent lui parler, surtout lorsqu'il veut être tranquille. Il aime demander à son personnel de maquiller ses yeux (comme les femmes), pour durcir son regard.
Ses cheveux noirs mi-longs ont repris depuis longtemps leur liberté et continuent de lui tomber devant les yeux malgré tous les efforts de ses serviteurs.
En ce qui concerne sa tenue vestimentaire, il aime s’habiller de couleur sombre, noir ou bleu foncé la plupart du temps. Seule sa couronne apporte une touche de doré.

*Histoire :
Ralph est né au sein d’une prestigieuse lignée. Premier enfant d’une fratrie de cinq turbulents garçons, c’est à lui qu’est revenu le privilège de la plus grande éducation. Ses frères occuperaient des postes importants bien sur, mais l’espoir de la famille reposait sur les épaules du jeune Ralph. Aucun de ses frères ne travaillait aussi dur que lui. Il faut dire que le jeune enfant voulait à tout prix rendre ses parents fiers de lui. Il fut élevé dans la peur des mages, il apprit tout sur la Grande Guerre des mages, sur Aloyssus et Cirald, et se promit lorsqu’il serait adulte de prendre exemple sur le roi Cuduort et de traquer sans repos les mages.

Une décennie passa, et alors que le jeune Ralph devait souffler ses bougies, le roi s’éteint tristement. Il n’avait pas d’héritier et l’enfant assista alors à un véritable jeu des pouvoirs et des alliances. Qui s’emparerait du trône ? Quelle famille serait portée par les autres ? Quelle famille serait suffisamment puissante pour prendre le pouvoir ?
Pendant deux ans, les conflits éclatèrent, et ce que tout le monde redoutait arriva : les mages revinrent, tentant à nouveau de s’emparer de la couronne. Le peuple prit les armes contre ces espèces non humaines, le traumatisme étant encore trop présent dans les mémoires. Et, un an plus tard, les parents de Ralph parvinrent, grâce à leurs alliés à conquérir le trône. L’enfant devint un prince en une seconde.

Dès lors, tout s’accéléra. Il eut droit aux meilleurs précepteurs, ses frères furent positionnés pour être les futurs gouverneurs de chaque région. Ses parents reprirent la politique du roi Cuduort et les lèches-culs arrivèrent en nombre, portant allégeance à une famille qu’ils n’avaient jamais salué ni soutenu. Une famille vint toutefois se distinguer du lot en proposant au père de Ralph un curieux arrangement : que Ralph prenne sous son aile leur ainé, Ewald, avec pour mission de l’entrainer et de faire de lui un homme droit. Ainsi, chacun saurait qu’il serait apte à gouverner un royaume. Dans le cas contraire, un nouveau coup d’état éclaterait à la mort des souverains. En effet, comment laisser à la tête d’un royaume un homme qui ne saurait pas gérer une seule personne ? Ralph n’eut pas le choix, ses parents semblèrent bien trop enthousiastes à cette idée, confiant envers leur fils. Le prince fut donc présenté à l’enfant … Un enfant ! Un gamin de cinq ans plus jeune que lui. Que connaissait-il des enjeux que cette tâche représentait pour Ralph ? Surement rien. Et puis c’était quoi ce nom à rallonge aussi ?! Le prince décida qu’il était hors de question qu’il l’appelle par son nom, et l’emmena ensuite dans la cour pour commencer leurs entrainements. Lui s’entrainait depuis un moment avec un bon maitre d’armes. Depuis qu’il était devenu prince, il en avait un hors pair qui le faisait progresser de minute en minute.

Après leur première séance d’entrainement, ce fut un choc  pour Ralph : Ewald était nul. Un vrai boulet. Une merde.
Autant dire que l’accueil de Ralph le lendemain fut bien moins chaleureux que celui déjà très froid du premier jour. Et les jours passèrent, le petit noble se faisant malmener par le prince, qui prenait un malin plaisir à le charger pour le regarder reculer.
Les jours passèrent, devinrent des semaines, puis au fil du temps, Ewald cessa de se dérober lors des charges. Il se battait mieux de jour en jour, car Ralph continuait également ses séances d’entrainement avec son maitre d’armes, acquérant toujours de nouvelles techniques, de nouvelles parades, de nouvelles idées d’attaque, qu’il pouvait donc reproduire sur Ewald. Le jeune noble commençait à avancer vers le prince, chargeant sans hésiter par moment. Jamais il n’avait pu prendre le dessus, mais souvent il s’approchait dangereusement de la victoire. Il suffisait d’une seconde d’inattention de Ralph pour qu’Ewald s’engouffre dans la brèche. Plusieurs fois il le surprit, mais grâce à l’expérience du prince, celui-ci s’en sortait in extremis.
Les mois passèrent, et Ralph se prit d’affection pour ce petit garçon qui semblait vouloir toujours plus d’affrontement, toujours plus de techniques, toujours plus de tout. Il ne voulait jamais s’arrêter, voulait surement prouver des choses lui aussi. Au fur et à mesure, les entrainements devinrent des jeux où le prince se rendait avec grand plaisir, faisant la joie de ses parents et prouvant aux nobles qui avaient douté d’eux qu’ils étaient clairement aptes à gouverner.

Une autre année passa, les enfants devinrent de bons amis quand sans crier gare, Ewald disparut. Enlevé par des mages. La nouvelle fut rapportée au château très rapidement, alors que Ralph s’entrainait avec son maitre d’armes. En revenant de sa séance, ce fut son père qui se chargea de lui annoncer la nouvelle. Le prince congédia rapidement son père de ses appartements, écumant de rage. Il laissa exploser sa colère, fracassant les meubles qui avaient le malheur d’être dans la pièce. Il ressortit aussitôt après que le dernier meuble soit en miettes et fonça vers les écuries.
Ça n’allait pas se passer comme ça.
Il demanda qu’on selle son cheval, mais certains soldats en poste à ce moment firent avertir les souverains, qui empêchèrent Ralph de partir à la recherche d’Ewald. Ils lui firent comprendre que son statut était maintenant trop important et que des soldats seraient envoyés pour patrouiller et le retrouver.
Autant dire que la blague ne fut pas très appréciée par Ralph. Il était prince ! Ne pouvait-il donc pas faire tout ce qu’il voulait ?  Furieux, il alla passer ses nerfs avec les soldats qui s’entrainaient dans la cour. Il ne les battit pas, il n’était pas encore assez fort pour ça. Il n’avait que quatorze ans après tout, il ne pouvait vaincre des soldats surentrainés. Mais il pu se défouler autant qu’il le voulait avant de retourner dans ses appartements.
Les jours, les semaines, les mois qui passèrent devinrent insoutenables pour le prince qui hurlait désormais sur tout ce qui bougeait. Il menaçait les soldats de les faire exécuter s’ils ne retrouvaient pas son ami dans un délai le plus court possible. Son attitude causa beaucoup de dégâts au château, ses parents durent intervenir et le faire surveiller en permanence par une équipe de gardes qui se relayaient jour et nuit.

D’autres mois passèrent et Ralph devint fou. Il commença à ne plus faire confiance à personne. Les recherches n’avançaient pas, on ne retrouvait toujours pas Ewald. Il ne sortait plus de l’enceinte du château, veillant à avoir toujours à ses côtés des gardes pour intervenir en cas de besoin. Les séances d’entrainement avec son maitre d’armes continuaient bien sur et Ralph devenait chaque jour plus hargneux, plus violent dans ses attaques, plus habiles dans ses parades. Son corps se musclait chaque jour, se sculptait au plus grand plaisir des servantes de chambre qui remplissaient d’eau son bain.
Plus d’un an passa avant que les patrouilles ne parviennent à retrouver Ewald. Ralph fut convoqué par ses parents, qui lui suggérèrent fortement de ne pas faire de vagues lorsqu’arriverait le moment du test. Ils allaient assister à un triste évènement mais nécessaire. Ewald était peut-être l’un d’entre eux désormais …
On prépara un endroit sur la place publique pour que chacun, du noble prestigieux au badaud aux bottes pleines de boue, puisse voir la réaction de l’enfant. Sous le règne des Roc’car, aucun abus n’était possible, aucun doute ne pouvait planer. Ewald serai avec eux ou contre eux.
Ralph se positionna à côté de ses parents, droit, tendu, le regard ne laissant exprimer aucune émotion. Il espérait de toutes ses forces que rien ne se produirait, mais ne pouvait s’empêcher de penser … Et si ?
Quand il aperçut les blessures bien visibles du noble, Ralph devint livide de rage. Il leur ferait payer. A tous …
Un homme du château fut désigné pour apporter la fameuse pierre de test. Il s’approcha d’Ewald d’un pas décidé.
Et si … ?
Il n’était plus qu’à quelques centimètres de la peau du jeune homme.
Et si … ?

Rien ne se passa.
Un soupir de soulagement franchit discrètement les lèvres du prince qui se permit de sourire à son protégé.

Les séances d’entrainement reprirent de plus belles, Ralph ne laissa pas à Ewald le temps de se reposer. Il fallait qu’il reprenne l’entrainement  absolument, car maintenant qu’ils étaient plus âgés, ils partiraient surement en mission ensemble.
Ralph ne lui laissait plus que peu de temps pour souffler, voulant le remettre en forme rapidement. Il fut frappé par son changement de personnalité entre le moment d’avant et celui d’après son kidnapping. Lui avant si joyeux et turbulent ne parlait quasiment plus maintenant, se montrait beaucoup plus froid et distant envers les autres.
Ralph mit ce changement d’humeur sur le traumatisme de son kidnapping, et se promit de devenir le roi le plus dur que le royaume d’Ekiard n’aurait jamais connu. Il se promit de traquer tous les mages du royaume, sans leur laisser aucun répit. Il le vengerait.

Quelques années passèrent quand enfin, une bonne nouvelle se profila à l’horizon : une prétendante avait été trouvée pour Ralph, et il fut décidé que les fiançailles se feraient dans l’année. Dès lors ce fut l’effervescence au château. Tous participaient à l’organisation du mariage.
Six mois passèrent ainsi avant que la noce ne soit célébrée. Ralph découvrit son épouse en même temps que les nobles présents et fut soulagé en voyant qu’elle était belle. Bah oui, à seize ans l’apparence ça compte beaucoup plus que le pouvoir ou la richesse. Bon, peut-être pas la richesse, mais le pouvoir c’est sur ! Le mariage fut une réussite, les époux semblaient bien s’entendre et les noces ne s’interrompirent qu’au milieu de la nuit pour laisser les enfants consommer leur mariage. La princesse était ivre de bonheur et elle murmura ces mots à l’oreille de son mari : "Je vous donnerai des fils. Vous serez le plus grand roi que le royaume n’ai jamais connu".

Ce fut une fille.

Ralph fut déçu. Ce n’était pas une fille qui lui permettrait de conserver sa dignité auprès des nobles qui avaient douté de sa famille. Les grands-parents décidèrent toutefois de célébrer la naissance de la princesse et une semaine de festivités fut décrétée.
Le prince prit part aux fêtes qui lui étaient imposées mais sans grande joie et trouvait toujours un moyen ou un autre pour s’éclipser. Son épouse savait ce qui le contrariait, il ne s’en cachait pas devant elle, mais elle repoussa ses nouvelles avances, encore souffrante de l’accouchement. Ralph n’apprécia pas d’être repoussé ainsi et empoigna sa femme, la prenant de force malgré ses contestations, ses cris et ses pleurs. Elle lui avait dit qu’elle lui donnerait des fils, et elle le ferait.

Les mois passèrent et le ventre de la reine restait toujours aussi plat malgré les nombreux assauts de Ralph. Ce qu’il ignorait, c’était que son épouse visitait l’herboriste du château dans la plus grande discrétion chaque fois qu’il la touchait, pour avoir une infusion de feuilles de lune. Elle ne voulait pas d’un enfant issu d’un viol. Plus les jours passaient, plus elle pensait que son prince la harcèlerait jusqu’à avoir un fils, et plus l’amour qu’elle avait eu pour lui au début de leur relation se transforma en haine.

Les mois passèrent, rythmés par les entrainements de Ralph avec son maitre d’armes, de Ralph avec Ewald, et les nuits violentes et peu reposantes de la princesse, puis devinrent des années. Lorsque les frères de Ralph atteignirent un certain âge, ses parents entreprirent un voyage avec eux, sous bonne escorte, pour aller les recommander comme futurs gouverneurs des différentes régions, laissant ainsi le royaume à la tête de leur fils. Il était maintenant en âge de commander, ce voyage serait un moyen de tester ses capacités en situation réelle.
Il s’en sortit bien. Mais, au grand dam de la princesse qui pensait qu’il serait fort occupé avec ses affaires, il trouvait toujours du temps pour elle …

Un mois passa lorsqu’une terrible nouvelle s’abattit sur le château. Le cortège royal avait été attaqué, les gardes avaient été décimés et on ne comptait aucun survivant parmi la prestigieuse famille. La macabre découverte avait été faite par un messager, envoyé sur ordre du gouverneur de Shu, s’inquiétant de ne pas voir le cortège arriver.

Les cloches du château sonnèrent de longues heures durant, en signe de deuil. Ralph, âgé de vingt quatre ans était désormais roi. La question que tout le monde se posait était : les mages avaient-ils quelque chose à voir avec ce massacre ? Ralph en était persuadé, les gardes et son père étaient surentrainés, ses frères se battaient aussi bien que lui. Seule sa mère ne savait pas se battre, mais l’escorte avait été minutieusement choisie, une équipe de six soldats pour un membre royal. Trente-cinq personnes en bonne condition physique et en capacité de se battre ne pouvaient être vaincues que par des mages, les brigands ne se baladant jamais en si grand nombre.

La haine que ressentait Ralph envers ces espèces fut attisée. Il commença alors la plus grande campagne de tous les temps contre les mages. Il promettait des récompenses importantes aux dénonciateurs de mages, n’hésitant pas à dilapider une grande partie de la trésorerie royale.
Un vent de panique souffla sur le conseiller de Ralph, qui n’avait aucun contrôle sur lui. Il décida alors de convoquer Ewald, la seule personne qu’il pensait pouvoir stopper le roi dans sa folie. Le noble fut rapidement nommé conseiller et parvint à calmer la furie de son souverain.

Plus les années passaient, plus Ralph devenait sévère dans sa politique anti-mages et violent la nuit avec la reine. Il avait totalement délaissé sa fille, estimant qu’il aurait besoin de son énergie pour l’éducation de son fils héritier … qui ne venait toujours pas.




*Caractère :
C’est un bon vivant, il aime manger, boire et baiser (beaucoup baiser). Bien sur, il n’est pas fidèle à la reine et il ne serait pas surprenant de voir un jour un de ses bâtards débarquer.
Le roi a ses têtes et aussi curieusement que celui puisse paraitre, il est très fidèle en amitié. Ayant été en contact très longtemps avec Ewald, il le considère comme son meilleur ami, et celui-ci ayant été testé à la magie en public lors de son sauvetage, il ne peut qu’être dans les petits papiers de Ralph.
En revanche, si votre tête ne lui revient pas, ne cherchez pas à lui plaire, il trouverait ça louche et vous ferait passer un test anti-magique. A vos risques et périls donc …
Abordons maintenant la partie la plus intéressante : le roi est atteint de crises de paranoïa aiguës et fréquentes. Il a beau savoir qu’une personne est de son côté, lors de ces crises, il ne saurait plus faire la différence et pourrai ordonner l’exécution de ladite personne sans plus de cérémonie.
Il voue une haine féroce à la magie. Son but ultime est de dépasser l’ancien roi Cuduort qui sauva le royaume après la Grande Guerre des mages. Il a tous les moyens à sa disposition pour y arriver et il ne s’en privera pas …

Monture ou familier :
Un étalon bai

Signe spécial :
A part une couronne sur la tête et son visage sur toutes les pièces de monnaie, aucun

Pouvoirs :
Aucun

*Groupe :
Anti-mages

*Blason :  


*Code :
Validé

Validation de la fiche :
Fiche validée

________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ralph Roc'Car, la naissance d'un roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Ekiard ::  :: Présentation :: Les fiches validées-